Alexandre Marcel, président du Comité Idaho France, condamné pour diffamation envers Aides

Publié le

C'est via un tweet envoyé en fin de journée, le mardi 24 novembre, que l'association Aides a annoncé que sa plainte pour diffamation contre le président du Comité Idaho France, Alexandre Marcel, avait conduit à la condamnation de ce dernier.

Après une forte mobilisation, Moussa obtient son statut de réfugié après plus d’un an de procédures
Rassemblement de soutien à Moussa à Paris le 3 mai 2018 - Antoine Henry / Aides

Mise à jour, 11h10 : détails de la condamnation

C’est via un tweet envoyé en fin de journée, le mardi 24 novembre, que l’association Aides a annoncé que sa plainte pour diffamation contre le président du Comité Idaho France, Alexandre Marcel, avait conduit à la condamnation de ce dernier.

 

Selon nos informations, Alexandre Marcel a été condamné à verser 3000 euros pour l’association Aides et Aurélien Beaucamp plus 2000 euros pour les frais d’avocats des plaignants ainsi qu’à une amende de 500 euros (avec sursis). Alexandre Marcel a décidé de faire appel.

L’affaire remonte à l’année 2018. Aides Nîmes et le Réseau éducation sans frontières (RESF) se mobilisent alors pour sauver Moussa, un Guinéen de 28 ans menacé d’expulsion et volontaire dans l’association. Sa demande d’asile avait été rejeté alors qu’il clame qu’il est menacé en raison de son orientation sexuelle. Il se présente comme bi.

Pourtant, de son côté, Alexandre Marcel prétend que le jeune homme a menti et lance sur Twitter une accusation contre Aides et son président Aurélien Beaucamp, en écrivant : « Le vrai visage d’.@aurebeaucamp  : utiliser @assoAIDES comme un réseau de mafieux de migrants ».

Suite à cette attaque, l’association avait décidé de porter plainte devant le tribunal correctionnel.

L’affaire avait pris une tournure plus politique lorsque la députée ouvertement lesbienne Laurence Vanceuneubrock avait cru bon de tweeter que Moussa avait menti et « n’était pas gay ».

De son côté, Moussa avait passé 45 jours dans un centre de rétention pour refus d’embarquer dans l’avion qui devait le renvoyer dans son pays.

Mais la mobilisation n’a pas fléchi et après de longs mois de procédure, Moussa, accompagné par Aides et par l’ARDHIS, a enfin obtenu le statut de réfugié en juillet 2019. Un long combat qui aura duré 466 jours. Depuis le jugement dans le procès en diffamation, Alexandre Marcel n’a fait aucun commentaire dans les médias.

 

 

Centre de préférences de confidentialité