« Garçon Chiffon » : le premier film sincère, sensible et doux de Nicolas Maury

Publié le

Intello, léger, underground, Nicolas Maury est tout cela à la fois et c’est à la croisée de ces chemins, sur la sincérité et la tendresse de son regard, que son premier long métrage comme réalisateur, « Garçon Chiffon », prend ancrage. 

Nicolas Maury est le héros principal de « Garçon chiffon », son premier film en tant que réalisateur - Les Films du losange
Article Prémium

Pour son premier film comme réalisateur, le comédien Nicolas Maury fait un pas de côté et se projette en Jérémie, acteur en crise dont la carrière piétine et le couple éclate à cause de sa jalousie grandissante. C’est en opérant un retour vers sa terre d’origine et sa mère que le garçon va trouver en lui les ressources nécessaires à la renaissance, la reprise en main de sa vie et de ses envies. Un film drôle, sensible, doux et d’une sincérité infinie.

Nicolas Maury est un garçon surprenant. On pourrait le croire intello si on se fie à sa carrière débutée sur les bancs des Conservatoires d’Art dramatique de Bordeaux d’abord et de Paris ensuite et à ses premières apparitions chez des réalisateurs pointus : Chéreau (Ceux qui m’aiment prendront le train), Garrel (Les Amants réguliers) ou Assayas (Le film à sketches Paris je t’aime).

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous