La Nouvelle-Zélande vient d'élire le Parlement le plus LGBT+ du monde !

Publié le

Ce pays bat le record établi précédemment par le Royaume Uni, où les élu.e.s LGBT+ représentent 7% du Parlement.

Des nouveaux et nouvelles élues devant le Parlement de Nouvelle Zélande - Capture d'écran / Twitter

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a remporté samedi une victoire éclatante lors des élections générales, son Parti travailliste a raflé la majorité absolue au Parlement, grâce aux succès du gouvernement dans la lutte contre la pandémie.

Le parlement néo-zélandais devrait devenir le plus LGBT+ au monde.

Le parti travailliste a facilement remporté 64 des 120 sièges aux élections nationales, ce qui a permis à Ardern, comme le rapporte Out, de former le premier gouvernement à parti unique depuis 1996. Sur les 120 ministres du parlement (MP) du pays, 12 seront LGBT+, ce qui signifie que le nouveau parlement aura le pourcentage le plus élevé de représentation LGBT+ dans le monde, battant le record précédent de 7 % détenu par le Royaume-Uni. Ces chiffres pourraient cependant changer une fois que les bulletins de vote spéciaux restants seront reçus et comptés.

La députée travailliste lesbienne Louisa Wall a déclaré à The Australian avant les élections que « les chiffres comptent » et qu’elle était optimiste quant aux chances de son parti. « Nous avons une masse critique avec une grande visibilité et nous sommes considérés comme valables. Si nous finissons par être le parlement le plus représentatif des LGBTQI au monde, ce serait tout simplement génial. »

Wall, qui a soumis le projet de loi visant à légaliser l’égalité du mariage en 2012, a été rejoint dans la victoire par le ministre des Finances gay du Parti travailliste, Grant Robertson, qui a tweeté qu’il était « ravi » d’accueillir les nouveaux députés. Robertson devrait devenir vice-premier ministre du nouveau gouvernement. Les autres députés travaillistes queer incluent Ayesha Verrall et Shanan Halbert.

 

 

  • jlg29

    Comme quoi… Il faut aller, sans mauvais jeu de mots, dans le trou du cul du monde pour assister en 2020 à une avancée progressiste incroyable. C’est loin d’être anodin, chapeau bas aux Néo Zélandais que depuis mes 37 longues années, j’entends dans un peu tous les milieux que ce sont je cite « des sauvages ». Ils nous font bien fermer notre gueule à nous les « gentils » Français qui en sont à peine à je (re) cite « Si on ne peut plus dire PD, alors où va t-on ? » Notre Parlement pour le coup, ne s’approchera JAMAIS de celui de la Nouvelle Zélande et même pas du Royaume-Uni…