Camille Cottin, la Andréa de « Dix pour cent », fidèle à ses convictions féministes et pro LGBT+

Publié le

Elle reprend le rôle d’Andréa dans la quatrième saison de « Dix pour cent », mercredi 21 octobre et elle vient de tourner aux côtés de Matt Damon, mais Camille Cottin ne se la joue pas. Naturelle et toujours fidèle à ses engagements pour les droits des femmes et des personnes LGBT+. Rencontre.

Camille Cottin est Andréa dans la saison 4 de « Dix pour cent », sur France 2, à partir du 21 octobre - Christophe Brachet / FTV / MONVOISIN PROD/ MOTHER PROD'
Article Prémium

Dans un pull vert large tombant sur un jean slim gris, les cheveux attachés avec pas ou peu de maquillage, Camille Cottin se confond en excuses pour un léger retard à notre interview. C’est cette délicatesse qui marque en premier. « Camille, c’est la douceur incarnée, assure Assaad Bouab, son partenaire dans Dix pour cent sur France 2. Elle ne se met jamais au centre et pourtant elle a une telle aura et elle est toujours prête à la blague ».

Camille, c’est aussi « une personne qui ouvre sa gueule sur les questions d’égalité, de discrimination », nous précise Shirley Kohn, une de ses amies, avec qui elle a co-fondé Malmö Productions, en 2019, pour produire des documentaires traités d’un point de vue féministe.

La comédienne de 41 ans se lance dans l’exercice de l’interview avec facilité. Elle décrit une enfance « très heureuse » : « un peu particulière car mes parents ont divorcé quand ma mère était enceinte de moi. » Son père habite alors au sixième étage et Camille et sa mère au cinquième. Puis sa mère et son beau-père ont sa petite sœur et c’est le déménagement. Le père de Camille s’installe sur le même pallier. « Pour moi, la famille recomposée, c’était naturel et joyeux. Aujourd’hui, quand j’entends “ la famille, c’est un papa et une maman ”, je dis non. Car sans avoir grandi avec un couple de parents homos, il y a eu très tôt chez moi une perception de la famille qui était plutôt de l’ordre du personnel que de l’institution, qui se construit comme on en a envie. »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous