(La) Horde : le collectif à l’esprit queer qui bouscule le monde de la danse

Publié le

Stoppé en plein vol pour cause de Covid, le spectacle « Room with the view » va de nouveau faire vibrer les scènes françaises. À la tête de ce chaos techno, un collectif hyper doué, (La) Horde, chorégraphe sur la dernière tournée de Christine and The Queens. Et pour qui le corps est politique.

« Room With a View », par (La) Horde, au Théâtre du Châtelet - Aude Arago
Article Prémium

Ce fut électrique, jouissif, l’accueil fait au spectacle Room with a view au Théâtre du Châtelet en mars dernier, quelques jours avant que la Covid 19 mette un terme aux représentations. Pourtant, tandis que des balcons, là où les places sont moins chères et les jeunes plus nombreux, s’élevait une clameur joyeuse, juste devant nous un parterre d’invités élégants, dont une célèbre danseuse étoile, applaudissait poliment.

 

Mais qu’est-ce qui avait bien pu leur déplaire ? Sûrement pas la vision de corps nus sur scène, ni celle de deux couples, l’un de garçons et l’autre de filles, alternant coups et caresses sur des rythmes électro. Les amateurs de spectacles vivants en ont vu d’autres ! Peut-être était-ce la musique d’Erwan Castex dit Rone (autour duquel s’organise le spectacle) si puissante que des bouchons d’oreilles étaient distribués à l’entrée. Ou peut-être s’étaient-ils sentis agressés par cette rave-party tournant au pugilat au milieu de gravats ? À moins que ce soit la réussite insolente de ce collectif d’artistes qui leur restait au travers de la gorge.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous