Yannick Jadot n'est « pas d'accord » avec les propos d'Alice Coffin mais il « ne les condamne pas »

Publié le

L'eurodéputé écologiste, candidat à la candidature à la présidentielle, Yannick Jadot n'est « pas d'accord » avec les propos de l'élue parisienne verte et féministe Alice Coffin sur les hommes, mais « ne les condamne pas », a-t-il expliqué lundi 5 octobre.

yannick jadot alice coffin
Yannick Jadot et Alice Coffin - greensefa et Silvia Casalino / Commons

« Je ne suis pas d’accord, mais je ne les condamne pas », déclare Yannick Jadot sur Europe 1, interrogé sur Alice Coffin. « C’est une militante. Je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’elle dit, mais il y a dans les combats toujours des mots « obus » qui vont plus loin que ce que pense la majorité des personnes ».

L’élu EELV a dit ne pas être d’accord « sur la façon dont elle porte un discours aujourd’hui très dur sur les hommes », mais « il y a dans ce combat pour le féminisme, je le sens, beaucoup de colère contre les violences sexuelles, contre les violences faites aux femmes, contre cette égalité des revenus qui ne vient pas, contre toutes les discriminations », a-t-il justifié.

Devenue en quelques semaines un des nouveaux visages du féminisme, l’élue écolo parisienne et activiste lesbienne Alice Coffin vient de sortir son livre Le Génie Lesbien dans lequel elle explique ne plus lire d’ouvrages écrits par des hommes ni écouter de musique composée par des hommes ou de films réalisés par eux pour les « éliminer » symboliquement de son esprit.

Ces derniers jours, l’élue a été victime d’une déferlante de haine sur les réseaux sociaux et en particulier sur Twitter. L’association des journalistes LGBT (AJL) a publié un communiqué sur le réseau pour « exprimer tout son soutien à Alice Coffin face au harcèlement lesbophobe et sexiste qu’elle subit, notamment sur Twitter ».

« Preuve, s’il en fallait une de plus, du torrent de violence qui jaillit quand une femme lesbienne prend la parole pour dénoncer le patriarcat et les violences machistes », écrit l’association. «  Réduire le travail d’Alice Coffin à quelques citations tronquées et ignorer le cœur de son propos est indigne de notre profession. Nous invitons nos confrères et consœurs à ne pas encourager et évidemment à ne pas proférer des discours de haine  ».

Alice Coffin avait en juillet réclamé le départ de l’adjoint à la Culture à Paris, Christophe Girard, critiqué pour ses liens avec l’écrivain Gabriel Matzneff, mis en cause pour viols sur mineurs, et qui a fini par démissionner.

Avec l’AFP