Alice Coffin : « Oui, il y a un massacre des femmes depuis des siècles. Mais certains vivent très volontairement dans l'ignorance de cela »

Publié le

La journaliste, activiste et élue parisienne Alice Coffin publie son premier livre, « Le Génie lesbien », une contribution originale, documentée et engagée à la construction du féminisme contemporain. Elle a accordé une longue interview à Komitid.

Alice Coffin publie « Le Génie lesbien », chez Grasset, le 30 septembre 2020 - JF Paga
Article Prémium

Son « La honte ! » a résonné sous les dorures de l'Hôtel de ville lors de la standing ovation réservée par les membres du Conseil de Paris à Christophe Girard le 24 juillet dernier. Depuis, Christophe Girard ne fait plus partie de l'exécutif parisien et Alice Coffin a reçu des tombereaux d'injures et des menaces.

Un été particulier et pas simple pour elle. Mais c'est tout sourire qu'Alice Coffin répond à nos questions, en visio-conférence, à quelques jours de la sortie de son premier livre, Le Génie lesbien (en librairies le 30 septembre). Un essai dans lequel cette femme journaliste, activiste et féministe lesbienne livre sa vision engagée, documentée et aussi intime, des combats féministes et des minorités ces quinze dernières années.

Écrit avant les élections municipales au printemps, le livre n'aborde pas cet aspect de la vie d'Alice Coffin. Mais de son expérience au sein du collectif La Barbe, au combat sur la PMA en passant par sa carrière de journaliste média, Alice Coffin participe, avec ce livre, de façon magistrale à la conversation sur les enjeux des combats féministes et sur la nécessaire mutation en profondeur de la presse. Elle apporte aussi brillamment sa pierre à l'édifice du récit lesbien contemporain. Un exercice plus que salutaire dans un livre qui se lit avec jubilation tant les mots sont forts et les anecdotes nombreuses et parfois croustillantes (le récit de la rencontre avec Emmanuel Macron mériterait une mini-série sur Netflix…). Alice Coffin nous a accordé une longue interview.

Komitid : Quel a été l'élément déclencheur de votre livre, Le Génie lesbien ?

Alice Coffin : Ce qui est vraiment au cœur de mon action, c'est d'essayer de changer la façon dont le récit de l'information, le récit culturel et les représentations sont à l'œuvre. Le cœur de mon projet, c'est de raconter ma propre histoire, ce que j'avais vécu en tant que journaliste et militante depuis une dizaine d'années, parce que ça n'est pas beaucoup raconté, tout simplement. J'avais l'impression d'avoir accumulé une somme d'informations, d'anecdotes et de rencontres qui disaient quelque chose de la façon dont certains mécanismes dans la société française continuaient à s'exercer extrêmement violemment contre les femmes et les minorités. 

Je veux exposer ce qui m'a été donné à voir, avec une position assez spécifique – comme l'accès à une rédaction généraliste comme celle de 20 Minutes ou l'accès, un peu intrusif, à des sphères de pouvoir grâce au collectif La Barbe. Ces sphères nous disent beaucoup de choses de la façon dont perdurent des mécanismes d'étouffement, d'invisibilisation de toute une partie de la population. C'est une chose de les vivre à titre personnel, mais après il y a cette démarche qui est de les donner à voir et de les raconter. C'est celle de ce livre. 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous