Lesbienne, musulmane et banlieusarde : Fatima Daas, l'auteure qui conjugue les identités au pluriel

Publié le

Elle a choisi de ne pas choisir et a écrit un livre pour le dire : lesbienne, musulmane et banlieusarde, Fatima Daas, révélation de la rentrée littéraire avec son premier roman « La petite dernière », écrit ce qu'elle est « incapable de dire à haute voix ».

la petite derniere fatima daas
Couverture de « La Petite Dernière » de Fatima Daas - Capture d'écran / Editions Noir sur blanc
Article Prémium

« La société, nos amis et parfois même notre famille nous pousse à faire des choix. Il faut prendre position, trancher. Moi j'ai décidé de ne renoncer à aucune de mes identités et des les assumer dans leurs contradictions », explique Fatima Daas à l'AFP.

Celle qui a pris le pseudo de Fatima Daas, du nom de sa narratrice, pour porter son histoire, pourtant pas si éloignée de la sienne, est une femme de contraste. Fatima est « très discrète, mais très affirmée », résume son ancien professeur de littérature Lionel Ruffel.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous