« We Are Who We Are » : que vaut la série de Luca Guadagnino ?

Publié le

Diffusés sur HBO, les trois premiers épisodes de cette série qui en comptera huit, donnent le ton de la première incursion télévisée du réalisateur de « Call Me By Your Name » : une vision atmosphérique, fluide et extrêmement contemporaine de l’adolescence. 

Jack Dylan Grazer et Jordan Kristine Seamón, dans « We Are Who We Are », série de Luca Guadagnino  - HBO
Article Prémium

L’Italie, l’été, encore. Des tubes des années 80, des ciels bleus des cafés où l’on parle italien et des balades à vélo, ça vous rappelle quelque chose ? Si We are who we are reprend quelques motifs de Call Me By Your Name et se focalise aussi sur des personnages adolescents, Luca Guadagnino imprime ici une toute autre tonalité. 

Gros plan sur un ado blond décoloré, vernis bicolore aux ongles et écouteurs enfoncés dans les oreilles dans un aéroport.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous