TikTok admet avoir censuré du contenu LGBT+ dans certains pays

Publié le

L'application TikTok a admis avoir restreint des hashtags LGBT+ sur sa plateforme dans plusieurs langues et régions du monde, telles que la Russie, l'Estonie ou la Bosnie.

tiktok
L'application de vidéos TikTok - XanderSt / Shutterstock
Article Prémium

Le 8 septembre dernier, le groupe de réflexion australien Australian Strategic Policy Institute a publié un rapport révélant que l'application TikTok a limité du contenu sur des sujets politiques et sociaux, ce qui a impacté des utilisateur.trice.s du monde entier. En l’occurrence, les hashtags « gay », « lesbienne » et « transgenre » ont été censurés en russe, estonien, bosniaque et arabe. Les termes « je suis gay » ou « je suis lesbienne » l'ont également été en russe, et « transition » en arabe. Les contenus liés au mouvement Black Lives Matter aux États-Unis ou à la situation des Ouïghour.e.s en Chine ont aussi été censurés.

TikTok a utilisé le principe du « shadow ban », qui est une forme de restriction « furtive » de contenu, construite de telle sorte à ce que l'utilisateur.trice n'est pas conscient.e de la censure.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous