Rencontre avec Thomas Poitevin, la révélation humour du confinement

Publié le

Alors que l’ambiance générale, pendant le confinement, était morose, voire anxiogène, une pépite d’humour est arrivée sur les réseaux sociaux. Thomas Poitevin nous réveille à coup de pastilles vidéos drôles et sarcastiques. Rencontre.

Thomas Poitevin dans le sketch « Caro et les agriculteurs » - Capture d'écran - Youtube
Article Prémium

Un sosie improbable d’Isabelle Huppert, une femme bobo caractérielle overbusy, un père de famille complètement à « la ramasse », les personnages de Thomas Poitevin pourraient être des clichés vus et revus. Et pourtant, ils étonnent, font rire, et parfois grimacer tant ils sont malgré tout réels. Qui est l’auteur des Perruques de Thomas, les vidéos qui ont fait le buzz pendant le confinement ?

Komitid : Bonjour Thomas. Parle-nous de toi… Qui es-tu ? 

Thomas Poitevin : Je suis un acteur et auteur parisien, né et élevé à Fontainebleau. J’ai été élève au conservatoire du Xème arrondissement, qui était animé à l’époque par Jean-Louis Bihoreau, un professeur extraordinaire. Mon rêve, aujourd’hui, est d’écrire et de réaliser une fiction longue pour le cinéma. En attendant que ce rêve se réalise, je bosse sur de nombreux projets différents : j’aide une amie comédienne à écrire son seule-en-scène, je travaille sur un projet de livre-jeu, j’écris une série télévisée…

Comment est née l’idée des « Perruques de Thomas » ?

J’avais déjà écrit et interprété des « gens » dans mon premier seul-en-scène en 2017, Les désespérés ne manquent pas de panache… J’ai eu l’idée, début 2020, de créer un compte Instagram où je pourrais faire revenir à la vie certains personnages de ce spectacle et essayer d’en créer des nouveaux, un peu comme un petit laboratoire d’écriture et de jeu, qui soit ouvert au public. Après toutes mes aventures théâtrales, j’avais un bon lot de perruques qui dormaient dans un carton et je me suis dit que ça ferait un bon « fil rouge » d’en porter une différente pour chaque pastille. 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous