Pierre Palmade : « J’espère que ceux qui m’ont mal compris me comprendront mieux »

Publié le

Dans une interview très cash pour Komitid, Pierre Palmade reconnaît que son mal-être, qu'il espère aujourd'hui réglé, a pu lui faire tenir des propos polémiques sur l'homosexualité.

Pierre Palmade - Eddy Brière
Article Prémium

Avec Assume bordel !, la nouvelle pièce à deux personnages qu’il propose depuis quelques jours dans la petite salle du Théâtre du Marais, Pierre Palmade met en scène ses doutes, ses contradictions et ses difficultés à vivre sereinement son homosexualité. Faisant couple avec le talentueux Benjamin Gauthier, il propose une heure de scènes de ménage et deux visions de l’homosexualité qui s’affrontent. Avec l’idée sincère d’aller au-delà des petites phrases maladroites (comme en 2019) et de se livrer sans auto-apitoiement et en ne s’épargnant pas le moins du monde. Il s’explique pour Komitid. 

Komitid : On a l’impression que cette pièce est née de l’envie de dissiper un malentendu…

Pierre Palmade : Cela en fait partie oui. J’étais triste et en colère de ce malentendu parce que vraiment il n’y pas d’autre mot, c’est un malentendu. Comment peut-on penser que je peux jouer contre mon camp ? Je me suis dit qu’il fallait prolonger et expliquer cette nuance que j’avais voulu faire sur les différentes façons qu’il existait de vivre son homosexualité, sans faire de clichés. Et avec Benjamin Gauthier on représente ce couple où lui est très visiblement gay, heureux, fier et bien dans sa peau et moi un peu moins, en ayant connu des femmes avant, avec des problèmes d’acceptation. Je me suis dit qu’on représentait bien cette petite phrase qui avait été mal perçue et que ça méritait bien un spectacle pour la communauté et le public en général. Et pour faire rire, parce que ce n’est que ça ma façon de m’exprimer. C’était aussi pour dire “ Ecoutez les gars, je suis avec vous !  ”.

« On m’aurait dit c’est un peu binaire, j’aurais dit « oui effectivement c’est un peu binaire ! » mais de là à me traiter d’homophobe, c’est aller un peu loin. »

Est-ce que vous comprenez que ces propos-là durant l'émission de Laurent Ruquier aient été mal reçus ? 

Pierre Palmade : Pas du tout ! C’était fait très légèrement et il s’agissait juste de distinguer les homos communautaires qui aiment bien vivre entre eux et étant très visibles et des gens plus discrets par désir ou par nécessité. Il n’y avait pas de jugement de valeur, ce n’était rien d’autre. Je crois qu’on a déroulé un fil que je n’avais pas envisagé. Tout le monde connait l’expression « hors milieu » sur les profils donc il y a un milieu et des gens hors-milieu. 

C’était peut-être un peu binaire ?

Pierre Palmade : Sans doute mais j’avais pourtant mis les formes, j’avais juste envie de parler de cette petite distinction mais ce n’était pas une déclaration officielle à un colloque LGBT ! Il y avait l’équipe des Crevettes pailletées qui passait derrière moi et en face il y avait ce chroniqueur conservateur et homo lui aussi Charles Consigny, donc je voyais cette différence là devant mes yeux. Cela m’a vraiment blessé qu’on en fasse un tel pataquès ! On m’aurait dit c’est un peu binaire, j’aurais dit « oui effectivement c’est un peu binaire ! » mais de là à me traiter d’homophobe, c’est aller un peu loin.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • arnosa

    Pas une seule question sur ses addictions ?