« Zones sans idéologie LGBT » : Édimbourg pose un ultimatum à Cracovie

Publié le

Le maire d'Édimbourg a invité son homologue de Cracovie à confirmer son opposition aux LGBTphobies après que la région a rejoint la « zone sans idéologie LGBT » en Pologne. Sans preuve d'engagement de la part de la ville polonaise, le jumelage sera rompu.

édimbourg cracovie
Les villes d'Édimbourg (à gauche) et Cracovie (à droite) sont jumelées depuis 1994 - f11photo et Yasonya / Shutterstock

Le maire d’Édimbourg, Frank Ross, s’est adressé à son homologue de Cracovie pour clarifier la position de la ville polonaise sur les « zones sans idéologie LGBT ».

Les deux villes sont jumelées depuis 1994 et travaillent conjointement dans plusieurs domaines tels que la protection des monuments et du patrimoine, la culture et l’éducation. Le partenariat a été renouvelé en 2019, mais il prendra fin si Cracovie ne prouve pas d’un engagement clair contre les LGBTphobies.

D’après l’Edinburgh Evening News, Frank Ross a écrit à son homologue Jacek Majchrowski. Le maire d’Édimbourg lui a demandé des précisions sur l’engagement de Cracovie contre les attaques envers les personnes LGBT+, en particulier concernant les « zones sans idéologie LGBT ». Il exige une confirmation explicite que la ville de Jacek Majchrowski soutient toujours les principes communs sur lesquels le jumelage des deux villes a été fondé.

Le jumelage entre Édimbourg et Cracovie en danger

Selon l’Edinburgh Evening News, le vice président du conseil municipal, Cammy Day, a soumis une motion appelant à un rapport décrivant tout soutien supplémentaire qu’Édimbourg pourrait offrir pour « aider et soutenir Cracovie » dans la lutte face aux politiques LGBTphobes de la Pologne.

Le maire de Cracovie a dénoncé publiquement les LGBTphobies. Le 3 juillet dernier, il a publié sur les réseaux sociaux une lettre ouverte en soutien aux citoyen.ne.s LGBT+ de la ville polonaise. « Chères personnes LGBT+, vous n’êtes pas seules. Nous sommes avec vous, nous vous soutenons et nous ferons tout pour que vous vous sentiez comme chez vous à Cracovie — car ici est votre maison », écrit-il.

W maju ubiegłego roku powołałem do życia Radę ds. Równego Traktowania. Zajmuje się ona problematyką równości i…

Publiée par Jacek Majchrowski sur Vendredi 3 juillet 2020

D’après l’« Atlas de la haine » (« atlas nienawiści » en polonais), une carte virtuelle lancée par des militant.e.s, une centaine de municipalités de Pologne se sont déclarées « zones sans idéologie LGBT » après avoir signé un engagement contre les actes de tolérance envers la communauté LGBT+. Ces zones couvrent désormais environ un tiers du pays. La Voïvodie de Petite-Pologne, la région où se trouve Cracovie, en fait partie.

La première commune à rompre son jumelage avec la Pologne a été Saint-Jean-de-Braye, dans le Loiret, en France. Le 14 février dernier, elle a suspendu ses relations avec Tuchów, avec laquelle elle était jumelée. Le conseil municipal a fermement condamné la proclamation de cette commune polonaise comme « zone sans LGBT ».

 

Pour nous permettre de poursuivre notre mission d’information et si vous souhaitez nous soutenir en vous abonnant, allez sur la page d’abonnement.