Crise sanitaire : quel impact pour les associations de lutte contre le VIH/sida ?

Publié le

Aides, Sidaction, Act-Up-Paris, Les Séropotes… : les associations d’accompagnement et de lutte contre le VIH/sida ont subi de plein fouet la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Et les conséquences financières seront importantes. Enquête.

Une manifestation d'Act Up-Paris - DR
Article Prémium

Crise sanitaire et confinement oblige, le grand week-end du Sidaction n’a pas pu se tenir cette année. « C’est un coup dur, souffle Florence Thune, directrice générale de l’association du même nom. Cet événement nous rapporte un peu plus de 4 millions d’euros, soit environ un quart de nos ressources annuelles. C’est vraiment très mal tombé. »

Elle assure toutefois auprès de Komitid que l’association sera en mesure d’honorer ses engagements financiers auprès des chercheurs et des associations en France et en Afrique cette année grâce à une « gestion saine des finances ».

C’est donc surtout pour la suite, « pour 2021 », que s’inquiète Florence Thune. « Nous n’avons pas suffisamment de visibilité pour savoir ce qu’on va pouvoir financer à partir de l’année prochaine (…) On sait que la crise économique risque d’avoir un impact important pour tout le monde ».

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous