Rock Hudson, George Cukor, Tallulah Bankhead et une station-service : comment démêler le vrai du faux dans la série « Hollywood »

Publié le

Le Hollywood que présente Ryan Murphy dans sa série éponyme est bien plus réaliste que les éléments fictionnels pourraient le laisser penser. Bienvenue derrière l'écran, dans le Hollywood LGBT de l'âge d'or.

Samara Weaving (à gauche) et Laura Harrier dans « Hollywood », de Ryan Murphy -Netflix
Article Prémium

Avec sa série Hollywood, Ryan Murphy a voulu rendre hommage à celles et ceux qu’Hollywood a ignoré.e.s et maltraité.e.s pendant son « âge d’or » : les femmes, les personnes racisées et les LGBT+. Plutôt que de raconter leur dure réalité, le showrunner ouvertement gay et son acolyte Ian Brennan ont décidé de réparer les torts et de leur offrir la revanche qu’elles et ils n’ont jamais eu. Et la fiction se mêle donc à la réalité de l'usine à rêves. Komitid vous entraîne derrière l'écran, dans le Hollywood côté LGBT+ des années 40 et 50.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous