« Hollywood » ou la belle revanche des minorités selon Ryan Murphy

Publié le

Faisant fi de l’histoire du cinéma et du principe de réalité, les sept épisodes de cette mini-série merveilleuse à découvrir dès le 1er mai sur Netflix définissent les contours d’un « minority gaze » comme moteur de fiction.

Image extraite de « Hollywood », de Ryan Murphy - Netflix
Article Prémium

Vous en avez rêvé ? Il l’a fait. Le prolifique créateur de séries corrige l’histoire du cinéma américain dans une uchronie consolatrice aux vertus euphorisantes. En mixant personnages réels et fictifs, il réinvente la période 1947-1948 et tout est permis pour développer plus que jamais un prisme particulier et intersectionnel, un regard minoritaire qui unit ici les femmes, les gays, les noir.e.s et les asiatiques.

Faisant fi de l’histoire du cinéma et du principe de réalité, les sept épisodes de cette mini-série merveilleuse à découvrir dès le 1er mai sur Netflix définissent les contours d’un « minority gaze » comme moteur de fiction. Critique enthousiaste. 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous