« Sortilège », le film hors du commun et envoûtant d'Ala Eddine Slim

Publié le

Ala Eddine Slim, que Komitid a rencontré, est un cinéaste de la possibilité d’un ailleurs et d’une remise en question des principes patriarcaux de la société.

Souhir Ben Amara dans « Sortilège », d'Ala Eddine Slim - Potemkine Films
Article Prémium

Ala Eddine Slim n’est pas un réalisateur comme les autres. Son premier film The Last of Us était muet, et racontait un exil. Avec Sortilège, en salles depuis hier, il créé de nouvelles formes de langage et brise les codes de genre avec un conte presque fantastique.

Ala Eddine Slim est un cinéaste de la possibilité d’un ailleurs, d’un monde en marge et, en creux, d’une remise en question des principes patriarcaux de la société. Komitid l’a rencontré pour évoquer Sortilège, l’histoire d’un soldat qui profite du décès de sa mère pour déserter et d’une future mère qui abandonne son foyer.

Extrêmement créatif

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous