Représentations LGBT+ dans les séries : et la France dans tout ça ?

Publié le

Dans les pays anglo-saxons, le chemin pour banaliser les personnages LGBT+ dans les séries télé a été long. Néanmoins, l’évolution de ces représentations en l’espace de 20 ans a de quoi rendre confiant. Mais cela est-il également vrai en France ?

Les personnages de Lucas dans « Skam France », Andrea dans « Dix pour Cent » et Adrian de la Vega dans « Les Engagés » - Illustration Silver pour Komitid
Article Prémium

Dernier épisode de notre série sur les séries. Dans les pays anglo-saxons, le chemin pour banaliser les personnages LGBT+ dans les séries télé a été long. Néanmoins, l’évolution de ces représentations en l’espace de 20 ans a de quoi rendre confiant. Mais cela est-il également vrai en France ?

La réalité avant la fiction

France. 1997. L’homosexualité émerge dans les médias français. La même année que Ellen DeGeneres, Laurent Ruquier fait son coming-out pendant un sketch sur scène. Les émissions de téléréalité prennent les devants de la fiction traditionnelle. Évènement dans Loft Story, Thomas, candidat de la saison 2, fait son coming-out en direct lors d’une quotidienne. La scène tourne en boucle dans les recaps et les zappings. Thomas remportera la seconde édition de Loft Story sur M6, quinze ans avant la victoire de Benoît, candidat ouvertement gay de Secret Story, sur TF1. D’abord montré comme un clown excentrique, Benoît gagnera en nuance et en profondeur suite au départ de son binôme. Un condensé de l’évolution des représentations de l’homosexualité à la télévision.

 

Les séries prennent le pas

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous