Les origines du pacs ou comment la France a mis du temps à reconnaître les couples gays et lesbiens

Publié le

On célèbre cette année les vingt ans du pacs, définitivement adopté le 13 octobre 1999. Dans un livre publié aux éditions Kero, trois acteurs de la lutte pour ce contrat d'union, le militant Denis Quinqueton, l’ancien député Patrick Bloche et l’ancien député et sénateur Jean-Pierre Michel, racontent « L’incroyable histoire du Pacs ».

pacs gay pride
La « Lesbian and Gay Pride » a pour revendications principales le cas et la lutte contre l'homophobie - Capture d'écran France 3 / INA
Article Prémium

Le Pacte civil de solidarité (pacs) a permis aux couples de même sexe de faire reconnaître leur union. C'était un premier pas vers l'égalité des droits. Mais avant le pacs, que s'est-il passé ? Et pourquoi cela a pris tant de temps ?

Le premier texte visant à instaurer une union entre personnes de même sexe émane de… Jean-Luc Mélenchon, alors sénateur. Sa proposition de loi « tendant à créer un contrat de partenariat civil » est déposée au Sénat le 25 juin 1990, suite à une rencontre avec les Gays pour les libertés, une association issue d’une scission avec Homosexualités et socialisme. Il n’y aura pas de suite. C’est le projet du Contrat d’union civile, initié en octobre 1991 par Jan-Paul Pouliquen, avec l’aide de l’universitaire Gérard Bach-Ignasse et du député socialiste Jean-Yves Autexier, qui aboutira in fine, après quasiment une décennie de lutte et de chausse-trappes parlementaires, au vote du Pacte civil de solidarité.

Il faut revenir un peu en arrière pour comprendre les origines du Pacte civil de solidarité.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous