Que vaut « The Politician », la nouvelle série événement du producteur gay Ryan Murphy pour Netflix ?

Publié le

On vous dit tout sur cette « high school dramedy » originale et divertissante mais qui ne nous a pas tout à fait convaincus.

David Corenswet et Ben Platt dans « The Politician », le 27 septembre sur Netflix - Netflix
Article Prémium

Komitid a pu visionner les huit épisodes de la première saison de The Politician, première émanation d’un contrat sans précédent signé entre le producteur gay Ryan Murphy (Glee, et American Horror Story, Pose) et Netflix et qui sera diffusé par la plateforme dès le 27 septembre.

Ryan Murphy a encore frappé. Showrunner, producteur, scénariste, réalisateur, le créateur multicarte idolâtré par les LGBT+ pour ce qu’il a apporté sur les écrans en termes de représentation et d’inclusivité a signé un contrat en or (300 millions de dollars pour cinq ans) avec Netflix pour y lancer de nombreux projets. Après avoir souvent réussi à surprendre avec des séries très réussies, novatrices et surprenantes (les premières saisons de Glee et de Nip/Tuck, l’unitaire The Normal Heart, Pose et les anthologiques Feud, American Crime Story et American Horror Story) et s’être parfois planté (les dernières saisons de Glee et de Nip/Tuck, The New Normal, Scream Queens et ses films pour le cinéma), Murphy propose une série à la croisée des chemins qui brasse de nombreuses influences pour raconter la dernière année de lycée de Peyton Hobart. Depuis tout petit, ce dernier se sait voué à un glorieux avenir : ni plus ni moins que celui de Président des États-Unis.

On vous dit tout sur cette « high school dramedy » originale et divertissante mais qui ne nous a pas tout à fait convaincus. Analyse en trois points, en évitant au maximum les spoilers !

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous