Peut-on sortir de l'addiction à Grindr ? : sept utilisateurs témoignent

Publié le

Plusieurs chercheurs ont pointé l'impact de l'appli sur la santé mentale des gays. Komitid a parlé avec sept hommes qui utilisent fréquemment Grindr pour savoir quels usages ils en faisaient.

Peut-on sortir de l'addiction à Grindr ? : sept utilisateurs témoignent
L'appli Grindr - Shutterstock
Article Prémium

Yassine se souvient. Un matin, il y a quelques années, il décide de sécher son cours et de rester dans son lit. Dès lors, il y fait venir un garçon, à l’aide de Grindr. Une éjaculation précoce plus tard, il lui dit de partir et en invite un deuxième. Puis un troisième, un « grand, blond et baraqué » qui embrasse mal, et un quatrième, pendant que la journée s’enfonce dans l’après-midi. Alors qu'il est déjà tard, Yassine, déprimé, rencontre un cinquième homme : « Un con qui voulait se vider ».

La mécanique décrite par Yassine n’est guère inhabituelle. Les applis de drague en ligne, comme Grindr, Hornet ou encore Scruff, sont souvent pointées comme une source d'anxiété et d'insatisfaction. « C’est comme quand tu te touches et que t’as rien à faire de ta vie et que tu te retouches et tu regardes du porno et tu te retouches. C’était pareil. Des cinq mecs, il n’y en a aucun que j’ai revu », raconte le jeune homme de 26 ans d'origine marocaine.

Élément addictif

Adolfo Pizzianato, professeur du département de psychologie de l'Université Fédérale du Rio Grande du Sud au Brésil et auteur de l'article Image, Corps et Langage sur Grindr, souligne le contexte favorable à une dépendance. « Il existe un élément addictif sur les applications de drague, qui est intensifié lorsqu'il n'y a pas d'autres moyens de vivre sa sexualité de manière moins marginalisée et plus diversifiée par rapport à son environnement et à des pratiques moins stigmatisées », dit-il à Komitid.

L'usage de Grindr : entre la montée et la descente

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • phil86

    Il n’est plus possible de faire de rencontre en dehors de ces applications car les gays n’en sortent plus et les lieux de socialisation gay disparaissent petit à petit. Internet a tué nos sexualités. Le mieux qui pourrait arriver serait qu’elles disparaissent.

  • phil86

    Pourquoi sur komitid critique toujours grindr et pas par exemple Hornet qui en est la copie conforme lol je me pose des questions mdr

  • phil86

    Que ce soit Grindr Hornet ou n’importe quel réseau il n’y a plus que des mythos des cassos des relous perdu dans leur tête et dans leur sexualité j’en ai vraiment ras-le-bol de tous ces réseaux qui nous font plus de mal que de bien