« Ils nous demandent surtout des capotes, seul moyen qu'ils connaissent de se protéger » : on a suivi Aides sur les lieux de drague en zone rurale

Publié le

Loin d’être abandonnés, les lieux de drague entre hommes sont encore très fréquentés dans les zones rurales. Ils représentent de rares espaces de sociabilité et de rencontre pour les locaux, également en manque de lieux de prévention. Komitid a accompagné deux intervenants de Aides sur des lieux de drague forestiers dans le Nord.

lieux de drague en milieu rural quentin zuttion
« En zone rurale, quand on nous aborde c’est surtout pour nous demander des capotes, qui sont le seul moyen connu de se protéger » - Quentin Zuttion pour Komitid.
Article Prémium

« Mais ça existe encore, ça ? » Ça, ce sont les lieux de drague (mais aussi d’échangisme) en plein air, plus ou moins discrets, devant lesquels il est possible de passer des centaines de fois sans en connaître les petits secrets. Et non, les applis de rencontre ne les ont pas fait disparaître, au contraire. Si les bars, les boîtes et les saunas gays représentent des points de ralliement en ville, les ruraux n’ont pas forcément la possibilité de faire des kilomètres pour une rencontre à l’abri des regards ou un plan cul rapide. Alors il reste les forêts, les dunes, les aires d’autoroute connues par le bouche à oreille ou via certains sites internet. Et qui dit zones reculées, cachées, dit difficultés d’accès à la prévention et l’éducation sexuelle. Pour y remédier, Aides complète ses permanences dans ses locaux et dans les boîtes avec un passage en camping-car sur des lieux de drague en zone rurale. À la mi-avril, les températures sont redevenues plus douces : de quoi redonner vie à ces zones désertées pendant l’hiver.

C’est à cette occasion que Jimmy, un salarié de Aides à Lille, ainsi que Julien, un bénévole dont c’est la première intervention de prévention sur « des lieux de rencontres extérieurs », selon le jargon de Aides, embarquent à bord de leur camping-car banalisé. Direction le Parc national de Saint-Amand-les-Eaux, au sud du département. Au volant, Jimmy commente les petites aires d’autoroutes a priori anodines devant lesquelles passe le véhicule. Ces aires d’autoroutes sont peu à peu abandonnées comme lieux de drague au gré des défrichages et des aménagements : « Les personnes désertent ces lieux car ils ont beaucoup perdu en intimité. »

Approche en douceur

Le camping-car s’arrête d’abord dans la forêt de Raismes, au nord de Valenciennes, où les promeneurs suivent le large chemin de promenade. Jimmy, lui, bifurque immédiatement vers un petit sentier visible à l’orée de la forêt. C’est sous le couvert des arbres, un peu plus loin, que les rencontres et les activités sexuelles se concrétisent.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.