Elizabeth Kerekere, Maorie ouvertement lesbienne : « La colonisation a réprimé et tenté de supprimer l’existence de notre fluidité du genre »

Publié le

Cette universitaire néo-zélandaise veut associer les études de genre à celles sur les Maori.e.s, pour se réapproprier une culture ancestrale qui incluait les personnes LGBT+. Komitid l'a rencontrée.

Elizabeth Kerekere, universitaire maorie - Aaron Smale pour Komitid
Elizabeth Kerekere, universitaire maorie - Aaron Smale pour Komitid
Article Prémium

Peuple de navigateurs, les Maoris sont les premiers à avoir débarqué en Nouvelle-Zélande (Aotearoa en maori) entre 1050 et 1300. Alors que les Européens tentent de s’approprier le territoire à la fin du XVIIème siècle, leurs forces armées ne parviennent pas à prendre totalement le dessus face aux guerriers maoris très bien organisés. C’est finalement par le traité de Waitangi, négocié avec plusieurs chefs maoris, que la Nouvelle-Zélande devient une colonie britannique. Outre l’accaparement des terres et la disparition de près de la moitié de la population autochtone, la colonisation marginalisera aussi les langues locales, la culture et leurs modes de vie. Il faudra attendre les années 1960 pour voir « renaître » les Maoris avec une reprise en main de leur place dans le pays au niveau politique et culturel. Mais, comme le dit Elizabeth Kerekere, maorie et ouvertement lesbienne, « la colonisation continue de faire souffrir nos jeunes tous les jours ». Les recherches de cette universitaire apportent notamment de nouvelles preuves que l’homophobie, la biphobie et la transphobie ont bien été apportées par la colonisation sur le territoire néo-zélandais.

Identités et des sexualités fluides

C’est dans ce contexte qu’elle souhaite rétablir l’identité takatāpui, terme qu'elle a passé cinq ans à étudier, et qui dans la terminologie moderne est devenu l'équivalent du mot anglais « queer ». Ce terme témoigne de l’existence des identités et des sexualités fluides et diverses au sein du peuple maori. Dans sa thèse de doctorat « Part of the Whanau : The Emergence of Takatāpui Identity – He Whariki Takatāpui », qui associe maori studies et gender studies, Elizabeth Kerekere, 53 ans, propose la définition suivante :

« Takatāpui est un terme parapluie qui comprend toutes les personnes maories avec des identités de genre, des sexualités et des caractéristiques sexuelles diverses, incluant les personnes whakawāhine (comme une femme), tangata ira tāne (esprit d’un homme), lesbiennes, gays, bisexuel.les, trans, intersexes et queer. L’identité takatāpui est liée au whakapapa, au mana et à l’inclusion. Elle souligne le fait que l’identité culturelle et spirituelle maorie est tout aussi importante, voire plus, que le genre, la sexualité ou d’avoir des caractéristiques sexuelles diverses. Être takatāpui offre une adhésion à un mouvement national basé sur la culture qui honore nos ancêtres, respecte nos anciens, travaille de façon rapprochée avec nos pairs et protège notre jeunesse. »

Aujourd’hui, la thèse d’Elizabeth Kerekere, originaire de Gisborne, sur l'île du nord, où elle vit désormais, est devenue une lecture obligatoire dans la plupart des cours sur la sexualité et les gender studies dans les institutions du pays. Komitid l'a rencontrée récemment à Wellington (Te Whanganui-a-Tara en maori), la capitale de la Nouvelle-Zélande, à l'occasion d'une conférence sur les questions LGBT+.

Komitid : Vous avez choisi d’intégrer les gender studies aux Maori studies. D’où vous est venue cette approche ?

Elizabeth Kerekere : Comme beaucoup de choses, ça vient du personnel, des communautés dans lesquelles je vis et je travaille. Et du sentiment constant qu’en tant que personne indigène, femme et personne marginalisée par sa sexualité, je n’ai pas l’opportunité d’être mon moi complet partout, tout le temps. On nous sectionne. Donc j’ai consciemment et de façon claire dit : j’insiste pour être tout ça, et même plus.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous