Pourquoi l'entrée du mot « transphobie » dans le dictionnaire est importante

Publié le

Il était temps ! Décryptage de l'importance symbolique, et réelle, de voir le mot « transphobie » faire son entrée dans l'édition 2020 du dictionnaire avec deux expertes.

le petit robert 2020 dictionnaire nouvelle entree transphobie importance visibilite
Pourquoi l'entrée du mot « transphobie » au dictionnaire est importante - Le Petit Robert
Article Prémium

Voilà une bonne nouvelle qui aura éclairé cet étrange début de printemps 2019 ! Le mot « transphobie » figurera parmi les nouvelles entrées du Petit Robert 2020. Marie-Hélène Drivaud, directrice éditoriale du Petit Robert estime qu’il est particulièrement important de voir ce mot prendre sa place dans les pages du Robert après la grande médiatisation de l’agression transphobe de Julia, place de la République, en mars dernier. Citant également le dernier rapport de SOS homophobie sur l’importante hausse des signalements d’agressions LGBTphobes en France sur l’année 2018, elle a conscience du rôle social que joue aussi un outil culturel comme le dictionnaire. « Toutes ces discriminations et ces violences sont préoccupantes et ces faits de société, il nous semble important que le dictionnaire les enregistre », a confié Marie-Hélène Drivaud à Komitid.

Dictionnaire, outil de légitimisation des mots et des phénomènes

Pour la directrice éditoriale, il s’agit là d’une démarche historique : « Le Petit Robert a été le tout premier à accueillir le mot “homophobe” en 1995. L'année dernière on avait ajouté “lesbophobe”, “trans”, “queer” et “grossophobie”. On fait aussi des mises à jour, on a par exemple récemment changé la définition de “genre”, et aussi celle de “transition”, cette année. Cela s’inscrit dans une continuité. » En 2015, le Petit Robert avait également été le premier à définir « féminicide ». « Ce ne sont pas des mots qui nous font plaisir mais on vit dans une société raciste, sexiste et violente et ça passe aussi par les mots », poursuit Marie-Hélène Drivaud. « Les reconnaître, les intégrer, les définir, leur donner une existence, c’est important ».

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.