À Belfast, un « safe space » artistique pour la communauté féministe et LGBT

Publié le

Dans une Irlande du Nord dominée par les conservateurs et où le mariage des couples de même sexe n'est toujours pas autorisé, reportage dans un lieu qui accueille les personnes LGBT+.

Cette fresque a été réalisée en septembre 2018 par l'artiste irlandaise Emmalene Blake pour dénoncer l'interdiction du mariage pour tous en Irlande du Nord - Manon Deniau pour Komitid
Cette fresque a été réalisée en septembre 2018 par l'artiste irlandaise Emmalene Blake pour dénoncer l'interdiction du mariage pour tous en Irlande du Nord - Manon Deniau pour Komitid
Article Prémium

Ouvert depuis novembre 2018, The 343 est le premier lieu féministe et LGBT+ de Belfast, la capitale d’Irlande du Nord. Son but : donner une visibilité et un espace sûr à ces communautés longtemps oubliées dans un pays gouverné depuis douze ans par le parti unioniste démocrate (DUP) ouvertement homophobe.

Rien ne le distingue particulièrement des autres bâtiments dans cette rue de Belfast, où se succèdent MacDonald’s, magasins de vêtements, brasserie de bière locale et jardin communautaire. Cette ancienne banque a même l’air abandonné : la pierre grise foncée commence à s’effriter dans le bas et de la mousse verte apparaît sur la façade. Cependant, après avoir poussé la lourde porte en bois, une toute autre ambiance règne à l’intérieur.

En ce lundi après-midi de fin mars, une dizaine de bambins est installée sur les tatamis puzzle bleu ciel, vert pomme, rouge sang ou jaune pâle qui recouvrent le sol froid. Plusieurs caisses en plastiques débordent de livres et de jouets posées ça-et-là. Les enfants piochent ce qu’ils souhaitent, aidés de leurs parents. Chaque lundi depuis un mois, les familles LGBT+ de Belfast se réunissent pendant deux heures à The 343.

La façade du 343, installé dans une ancienne banque, à Belfast Est - Manon Deniau

La façade du 343, installé dans une ancienne banque, à Belfast Est - Manon Deniau pour Komitid

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.