Cathy Verney, scénariste et réalisatrice et Céline Sallette, actrice : rencontre avec les héroïnes de la série « Vernon Subutex »

Publié le

Canal + diffuse ce soir la série adaptée du roman à succès de l'autrice ouvertement lesbienne Virginie Despentes, « Vernon Subutex » et Komitid a rencontré la scénariste et réalisatrice ainsi que l'actrice principale.

Cathy Verney et Céline Sallette - Xavier Lahache
Cathy Verney et Céline Sallette - Xavier Lahache
Article Prémium

C’est l’événement télé du mois. À partir de ce soir, Canal+ va diffuser les neuf épisodes de la série Vernon Subutex, adaptée des romans à succès de Virginie Despentes. Komitid a rencontré les deux héroïnes de cette série : Cathy Verney qui a accepté le défi fou d’adapter la langue de Despentes en écrivant et en réalisant cette série et Céline Sallette qui s’empare avec force d’un des deux personnages principaux, celui de La Hyène, lesbienne affirmée, motarde confirmée, une enquêtrice aux méthodes de travail loin d’être conventionnelles et qui n’a que très peu d’états d’âme. Conversation autour des thématiques que charrient cette série rock et queer.

Komitid : Aviez-vous lu les romans de Virgine Despentes dont la série est une adaptation ?

Céline Sallette : J’ai lu les livres après mais j’avais déjà lu beaucoup de choses de Despentes qui m’avaient impactée très fort.

Cathy Verney : Moi j’avais dévoré Vernon Subutex le week-end de la sortie et j’avais été bouleversée comme jamais. Ce livre c’est notre voix, le livre de notre génération. Quand on me l’a proposé je me suis dit que cela n’arriverait qu’une fois dans ma vie qu’on me propose de travailler sur LE livre que j’aimais à ce point. Quand on a commencé l’adaptation ce n’était pas encore le best-seller que c’est devenu, ce phénomène de société. Heureusement sinon cela aurait été difficile car trop sacralisé. Mais c’était étrange car cela représentait une pression grandissante en cours d’écriture, un défi. Je n’ai pas été complètement écrasée par cela grâce à Canal qui m’a vraiment laissée libre de m’éloigner, d’interpréter et d’apporter ma vision. Cela a été important.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous