Ce que signifient vraiment les promesses de la Chine à l'ONU sur la protection des personnes LGBT+

Publié le

Le pays a accepté les suggestions de l'ONU l'invitant à protéger les personnes LGBT+. Une première mais qui ne signifie pas forcément un changement de politique. Décryptage.

chine-onu-droits-lgbt
Un couple gay à Hong Kong - Phuong D. Nguyen / Shutterstock
Article Prémium

Inattendu. C'est le moins que l'on puisse dire devant la réaction de la Chine à la liste des recommandations émises par l'ONU sur les questions LGBT+. Aux cinq suggestions faites à Genève par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, dont l'adoption de lois interdisant les discriminations LGBTphobes, la Chine aura répondu… oui. La réponse est une surprise, tant le pays le plus peuplé du monde semblait prendre la direction inverse ces dernières années. Censure des contenus LGBT+ en ligne, restriction de l'espace disponible pour les associations… les mauvaises nouvelles semblaient s'accumuler. La Chine est-elle en train de changer son approche des droits LGBT+ ? Explications et décryptage.

Dans quel contexte la Chine s'est-elle engagée sur les questions LGBT+ ?

La Chine répondait un peu plus tôt cette semaine aux recommandations faites par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU dans le cadre de l'Examen périodique universel. Ce processus, établi en 2006, consiste à passer en revue les réalisations de l’ensemble des 193 États membres de l’ONU dans le domaine des droits humains, au rythme de 48 pays par an. Le Comité émet ensuite une série de recommandations, que les diplomates du pays concerné peuvent, ou non, rejeter. C'est ce qu'il s'est passé cette semaine avec la Chine.

The UN Human Rights Council recommendations (Photo: HRC)

Capture d'écran des recommandations du Conseil des droits de l'homme des Nations unies

Parmi les (nombreuses) recommandations faites à l'empire du Milieu figurent plusieurs relatives aux droits des personnes LGBT+. Celles-ci, formulées individuellement par des pays membres, invitent notamment la Chine à adopter des lois interdisant les discriminations faites aux personnes LGBT+, au travail mais aussi dans l'espace public. Une formulation des Pays-Bas demande même aux autorités du pays d'adopter ces mesures d'ici un an.

Quelle a été la réponse du pays à ces recommandations ?

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?<

Identifiez-vous