Rendez-vous en terres hétéros #2 : la balade de la Saint-Valentin

Publié le

Pas besoin de vaccin pour ce voyage, l'hétérosexualité ne s'attrape pas. Venez, on visite l'étrange monde de l'hétérosexualisme ensemble, le temps d'une chronique un peu sassy... Le thé est servi !

chronique rendez-vous en terres heteros episode deux la saint valentin
Rendez-vous en terres hétéros #2 : la Saint-Valentin - photo Olga Volfson / Illustration Marie Boiseau
Article Prémium

Cinq ans, bientôt six, après le mariage pour tou.te.s, l'effervescence commerciale autour de la Saint-Valentin a-t-elle pris en compte les couples de femmes et les couples d'hommes ? Je me suis dévouée pour aller vérifier ce qu'il en était, même si les spams hétéronormés qui inondent bien malgré moi ma boîte mail « poubelle » depuis une dizaine de jours ne m'indiquaient rien de bon.

Ce matin, donc, telle Roxane, l'héroïne qui a osé aller passer le Nouvel An dans un bar hétéro pour Friction Magazine, j'ai décidé de faire un peu de lèche-vitrine dans les quartiers commerçants de la capitale. Je commence par le centre commercial de la gare Saint Lazare, où les bijouteries et magasins de lingerie affichent le plus ostensiblement leurs offres spéciales Saint-Valentin, tandis que les autres enseignes oscillent entre dernières démarques de soldes d'hiver et premières mises en rayon des chocolats de Pâques...

Le constat est sans appel. Si certains magasins ont opté pour une communication neutre style « all you need is love » sans visuel, pour éviter de prendre position, l'immense majorité des commerces qui ont des opérations dédiées à la Saint-Valentin a fait le choix de représenter un couple hétéro pour les promouvoir. Sans parler de l'abondance de gadgets genrés « pour lui » et « pour elle ». Légèrement nauséeuse, je décide de prendre l'air en allant contempler les vitrines des grands magasins, à quelques minutes à pied…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • arnosa

    Le concept du “pink money” existe davantage dans le monde anglo saxon avec les pink pages USA, Afrique du Sud. Néanmoins doit-on choisir son plombier ou son dentiste en fonction de son orientation sexuelle?