« Long Way Home » : le difficile retour à la vie d'une jeune femme noire et lesbienne après sa sortie de prison

Publié le

La réalisatrice Jordana Spiro s'est inspirée de son travail de bénévole pour une association d'aide aux enfants des quartiers « invisibles » californiens pour bâtir le récit de son premier film.

Tatum Marilyn Hall et Dominique Fishback dans « Long Way Home »
Tatum Marilyn Hall et Dominique Fishback dans « Long Way Home » - Condor Films
Article Prémium

Auréolé de prix à Sundance, Deauville mais également lors de la dernière édition du festival Chéries Chéris à Paris, Long Way Home est l’une des belles surprises cinéma de la semaine. Petit film indépendant américain, il séduit par sa délicatesse et son esthétique précise mais surtout par des personnages féminins intenses et merveilleusement incarnés. Nous avons rencontré Jordana Spiro, comédienne (vue dans les séries Dexter ou Ozak) qui signe là son premier long métrage comme réalisatrice, pour évoquer la genèse du personnage d’Angel, cette jeune femme noire, lesbienne, qui sort de prison et cherche à donner un sens à sa vie.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.