Mais pourquoi les lesbiennes aiment-elles toujours autant « The L Word » ?

Publié le

15 ans après sa première diffusion, « The L Word » reste une référence indéboulonnable dans la pop culture lesbienne. Pour Komitid, des lesbiennes ont témoigné de leur rapport particulier à cette série qui a révolutionné leur présence sur le petit écran.

the l word lucy macaroni
Mais pourquoi les lesbiennes aiment-elles toujours autant « The L Word » ? - Lucy Macaroni pour Komitid
Article Prémium

Il aura fallu moins de 20 minutes pour que The Bisexual, la nouvelle série chérie des femmes queers, sortent une allusion à The L Word. La série culte créée par Ilene Chaiken a beau fêter aujourd’hui ses 15 ans, elle continue d’être une référence inéluctable. La scène dans le pilote de The Bisexual est rapide mais piquante de réalisme : des amies discutent de leur copine Beth qui ne sort qu’avec des femmes hétéros, quand l’une d’entre elles apporte son analyse : « Je déteste cette série et elle ne devrait jamais être utilisée comme référence mais, Beth est une Dana qui essaie d'être une Shane ». Les lesbiennes approuvent, l’homme hétéro présent n'a rien compris.

Les années passent mais The L Word reste cette connivence culturelle qui permet de rapprocher les femmes queers et de repérer les hétéros. C’est la culture lesbienne résumée en trois mots. « Je crois que je me remémore une réplique par jour », avoue Lauriane, 28 ans, à qui l’on doit la newsletter Lesbien Raisonnable. « Aujourd’hui, c’est “Maybe she’s a spaghetti girl. Straight until wet” », a-t-elle écrit sur Twitter. Elle est loin d’être la seule à se remémorer la série fréquemment.

Un avant et un après The L Word

The L Word, diffusée pour la première fois sur Showtime le 18 janvier 2004, suivait la vie d’un groupe d’amies lesbiennes et bisexuelles à Los Angeles. À l’époque, c’était du jamais-vu. « C’était la première série centrée sur DES lesbiennes, et pas juste un personnage », explique Lauriane qui a suivi la série dès sa sortie. The L Word est devenue culte immédiatement.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous