Agnès Thill récidive contre la PMA et sème le trouble dans les rangs de La République en marche

Publié le

Dans une lettre de neuf pages lue par Komitid, la députée de la majorité s'insurge violemment contre la PMA. Des propos polémiques qui pourraient mener à son exclusion ?

agnes-thill-homophobe-derapage-LREM
Agnès Thill, député LREM de l'Oise, à l'Assemblée Nationale - Facebook/Agnès Thill/Komitid
Article Prémium

Parentalité, PMA... et école coranique ? Il en faut, du talent, pour arriver à lier les trois notions. Et pourtant, c'est ce que vient de faire la députée Agnès Thill, de La République en Marche (LREM) , dans un texte personnel envoyé aux député.e.s ce jeudi 17 janvier. La lettre de neuf pages que Komitid s'est procurée, qui mélange fake news, lyrisme et langage piqué à la Manif pour tous se veut une réponse au Rapport de la mission parlementaire sur la révision de la loi relative à la bioéthique. Rendu public mardi 15 janvier, celui-ci donne notamment son feu vert à la PMA pour toutes.

Cette lettre, que dit-elle ? La député de l'Oise y explique avoir « quelques objections » au rapport. C'est loin d'être une surprise, tant on connaissait déjà l'opposition d'Agnès Thill sur le sujet. Mais c'est le contenu du texte qui interroge. On y trouve, pêle-mêle, un regret quant au non-encadrement de l'intelligence artificielle ainsi qu'un rejet total de la PMA, notamment pour les femmes célibataires. La femme politique, qui semble s'enfoncer dans des théories complotistes, s'élève également contre la réforme de la filiation et la création de la notion de « parent d'intention ».

Lettre Agnès Thill 17/01/2018 by on Scribd

« Le parent d’intention permet la multiplication des parents, le mot parent n’a alors plus aucun sens », écrit-elle. « Il en découle politiquement, que cette absence de sens de genre dans le mot parent, favorise l’éclosion d’écoles coraniques et le départ de nos élèves vers celles-ci. » Mêlant allègrement clichés sur les musulman.e.s et fantasmes sur le genre, Agnès Till pense savoir que « nos amis musulmans » sont « opposés à l'éloignement des concepts de père-mère », s'ensuit donc un déroulé logique : les familles musulmanes n'allant « point dans la rue, ni dans les urnes, exprimer leur conception », elles créent pour y vivre « un monde parallèle ». Monde parallèle dans lequel les enfants iraient donc tous et toutes à l'école coranique. CQFD.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.
  • expat

    Quel enfumage ! Quelle comédie ! LREM a dû recruter des candidat(e)s deputé(e)s pour les élections législatives. Ne me dites pas que cette femme ignorait que Macron était favorable à la PMA pour toutes les femmes. Cela m’étonnerait qu’elle est cachée son opposition au moment de son recrutement. Moi, je pense que LREM avait besoin de candidat(e)s, et cette homophobe a été retenue pour attirer le vote des réac de droite vers LREM pour les législatives. LREM a choisi de faire rentrer à l’assemblée nationale cette réac, facile maintenant de crier leur indignation, si LREM avait écarté sa candidature cette cruche homophobe ne serait pas aujourd’hui députée. Une dernière chose, je suis certain (et j’espère me tromper) que Macron ne légalisera pas la PMA pour toutes les femmes, il trouvera des excuses suite au débat national pour ne pas tenir cet engagement…

  • phil86

    Cette femme souffre de phobite aiguë