Rachel McKinnon : « Pendant ma transition, le sport a grandement contribué à mon bien-être mental et spirituel »

Publié le

Dans son entretien avec Komitid, la championne du monde de cyclisme sur piste Rachel McKinnon explique sa passion pour le sport de haut niveau et son combat contre le harcèlement transphobe et sexiste.

Rachel McKinnon, championne du monde de cyclisme sur piste - Photo @rachelvmckinnon
Article Prémium

« Première femme transgenre championne du monde ! ». Ce message, c’est Rachel McKinnon qui le publie sur les réseaux sociaux suite à sa victoire aux championnats du monde de cyclisme sur piste le 14 octobre, à Los Angeles, dans la catégorie femmes de 35 à 44 ans. Depuis, la Canadienne enchaine les entretiens avec les journalistes et tente aussi de contenir les commentaires de haine, transphobes et misogynes qu’elle reçoit tous les jours.

Athlète multisport depuis son plus jeune âge, Rachel McKinnon s’est longtemps consacrée au badminton. Un univers qu’elle doit quitter quand elle décide de déménager en Caroline du Sud (États-Unis). Elle vient d’y obtenir un poste de professeure de philosophie à l’université et cherche, par manque de club de badminton compétitif dans sa nouvelle région, une autre activité. Car celle qui axe ses recherches et ses réflexions sur l’éthique, les lois et les discours scientifiques autour de la participation des personnes trans dans les compétitions sportives, vous le dira : elle est avant tout une athlète de haut niveau.

Elle découvre le cyclisme, se procure un vélo et se lance. Sur route d’abord. Mais lassée de la longueur des courses et par plaisir du sprint final, elle se consacre finalement à la piste. Un changement qui n’est pas sans lien avec la transphobie et le harcèlement qu’elle doit constamment affronter. Sur route, les arbitres ne peuvent pas surveiller en permanence ce qu’il se passe contrairement à une piste fermée de vélodrome.

Pour Komitid nous l’avons interrogé sur les enjeux que présentent la pratique du sport de haut-niveau pour une femme trans.

 

Depuis votre victoire aux championnats du monde de cyclisme sur piste, il y a beaucoup de débats mais aussi des commentaires haineux sur les réseaux sociaux. Comment réagissez-vous ?

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.