« Il y a besoin de représentation positive » : les fanfictions, outil de revanche pour les jeunes queers

Publié le

Face au manque de représentation dans les médias, les jeunes LGBT+ mettent elles et eux-mêmes la main à la pâte, en écrivant des fanfictions, des récits inspirés de diverses œuvres. Entre romance, érotisme et annulation de morts tragiques, ces histoires sont le moyen d'explorer leur identité.

fanfic-gay-queer-lgbt
Un tag à Tours en 2013 - Shutterstock
Article Prémium

En avez-vous déjà eu marre de revoir Love Actually tous les Noël tout en pensant que vous accueilleriez à bras ouverts un remake LGBT+ ? L’idée ne semble pas avoir traversé l’esprit des producteurs de cinéma mais les jeunes queers s’en sont emparés. Les sites de fanfictions tels que archiveofourown.org, fanfiction.net ou wattpad.com contiennent notamment des réécritures queers de comédies romantiques. Écrire une fanfiction, c’est prendre une œuvre originale et en modifier des éléments. On peut écrire une scène coupée, une autre fin ou encore le passé des personnages. Quand Steven Moffat et Mark Gatiss imaginent Sherlock Holmes au XXIème siècle, c’est le même procédé qu’une fanfiction, sauf qu’elle est diffusée sur la BBC. La seule différence, c’est que, dans les fanfictions sur internet, il y a des personnages LGBT+. Sur le site archiveofourown, par exemple, on en trouve 2 388 818 étiquetées comme contenant des couples homosexuels contre 1 025…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou ou abonnez-vous à partir de 1€.