Queers dans un jardin anglais, épisode 2 : Sissinghurst Castle, le jardin des amours de Vita Sackwille-West

Publié le

Deuxième épisode d'une série consacrée au patrimoine queer anglais à travers trois jardins… Bienvenue à Sissinghurst Castle…

La Roseraie en Juin, ©National Trust, Images / Andrew Butler
Article Prémium

À travers un voyage estival sur les traces d’écrivain.e.s, militant.e.s et artistes queers qui partageaient tout.e.s à leur manière une passion pour les jardins, retour sur trois histoires singulières, trois lieux de vie dont l’originalité témoigne d’un certain usage de la botanique et des fleurs, du rôle joué par le jardin dans leurs modes de vie. Trois exemples qui témoignent aussi du risque de disparition des mémoires queers, souvent minorées dans les mains des histoires officielles. Après un premier épisode à Charleston’s Farmhouse, nous voici à Sissinghurst Castle… L’histoire a considérablement éclipsé Vita Sackwille-West au profit de l’une de ses amantes et amies, Virginia Woolf, qui l’immortalisa sous les traits de l’un des premiers personnages queers de la littérature du XXème siècle, Orlando, qui change de genre et de sexe en traversant les âges. Et pourtant, la très mondaine et aristocrate Vita fut une auteure à succès, bien plus connue…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.