« Photo de famille », «Sofia » : notre critique ciné de la semaine

Publié le

Cette semaine, nous avons sélectionné un très joli portrait de famille et un regard sur la naissance hors mariage au Maghreb.

Maha Alemi dans Sofia de Meryem Benm'Barek
Maha Alemi, l'héroine de Sofia, film de Meryem Benm'Barek - Wiame Haddad / Memento Fils Distribution

Photo de famille

Réalisation : Cécilia Rouaud
Comédie dramatique – France – 2018
Distribution : Vanessa Paradis (Gabrielle), Camille Cottin (Elsa), Pierre Deladonchamps (Mao), Jean-Pierre Bacri (Pierre), Chantal Lauby (Claudine), Jonathan Boudina (Elie), Emilie Cazenave (Sandrine)

Gabrielle, Elsa et Mao sont frères et sœurs. ils se côtoient peu, mais vont renouer à la faveur de l’enterrement de leur grand-père.

Un joli portrait choral, à la fois grave et léger, d’une famille un brin dysfonctionnelle. Cette comédie douce amère aborde des thèmes pourtant pas franchement joviaux : deuil, fin de vie, dépression, difficulté à concevoir un enfant, ou tout simplement celle de vivre avec ceux qu’on aime. Ces soucis qui font aussi le sel de la vie trouveront certainement une résonance en chacun.

Note : 3,5/5

Toutes et tous pourront se reconnaitre dans l’un ou l’autre des personnages, qu’on soit romantique godiche, indécrottable célib, bobo ou prolo. L’ensemble du casting intergénérationnel est emballant, et c’est avec un réel plaisir qu’on suit ces enfants du divorce se frayer un chemin vers le bonheur.

A l’occasion de la sortie en salles de Photo de famille, Pierre Deladonchamps a accordé une interview à Komitid : « Je dis souvent que je suis né en 2013 avec « L’Inconnu du lac » » : Pierre Deladonchamps revient sur son parcours.

 

Sofia

Réalisation : Meryem Ben M’Barek
Drame – Maroc/France – 2018
Distribution : Maha Alemi (Sofia), Sarah Perles (Lena), Lubna Azabal (Leila), Hamza Khafif (Omar), Faouzi Bensaïdi (Faouzi), Nadia Niazi (Zineb)

Casablanca. Lena découvre que sa cousine Sofia est enceinte et sur le point d’accoucher. Sans le dire à leurs parents, elles se rendent à l’hôpital…

La réalisatrice de 34 ans s’est inspirée de l’histoire vécue par sa mère pour écrire et tourner Sofia, son premier long métrage. Elle le dit elle-même, son sujet est la fracture sociale, et non la condition féminine, même si les deux sont forcément liées. Au Maroc, l’article 490 du code pénal stipule que les relations sexuelles hors mariage sont un délit punissable d’un mois à un an de prison. Les femmes, comme les hommes, sont donc surveillé.e.s de près par les autorités.

Note : 4/5

Ce drame familial et par extension, peinture sociale, bénéficie d’une mise en scène sobre et de l’interprétation solide de Maha Alemi dans le rôle titre (déjà repérée dans le sulfureux Much Loved). Elle est bouleversante. Et elle n’est pas la seule à faire impression. Tout.e.s ses partenaires sont admirables de justesse. Que du beau linge !

Sofia a reçu le Prix du scénario de la sélection Un Certain Regard au Festival de Cannes 2018. C’est mérité.

Egalement à l’affiche cette semaine :

Invasion (réalisé par Kiyoshi Kurosawa) : Des extra-terrestres ayant pris l’apparence d’humains tentent de comprendre leurs concepts dans le but d’envahir la planète. Le réalisateur s’est à nouveau inspiré de la même pièce de théâtre que pour son précédent film Avant que nous disparaissions (sorti en mars). Invasion est donc très proche, mais ce coup-ci vu du côté des victimes. Ce mélange de fantastique et de réflexion sur les sentiments fonctionne un peu mieux, mais une fois encore, sans casser trois tentacules à un alien.