Billy Tipton, la belle histoire queer d'un vieux jazzman assigné femme

Publié le

Billy Lee Tipton était un jazzman, pianiste et saxophoniste des années 40. Assigné femme à la naissance, il a mené une vie accomplie de musicien, de mari, de papa à une époque où le mot « transidentité » n'existait pas.

Billy Tipton jazzman
Billy Tipton, posant pour la publicité de son trio, vers 1950 / Cornell University Library
Article Prémium

La scène se déroule en 1989, dans un trailer park des faubourgs de Spokane, dans l’état de Washington. William Tipton s’occupe de son papa, Billy, 75 ans. Le jazzman, connu comme le loup blanc dans sa bourgade, termine sa vie en fumant trop de cigarettes, dans une caravane défraichie. Le vieil homme ne peut plus cacher sa souffrance et finit par s’effondrer dans les bras de son fils.

Quand les secours arrivent, il est trop tard. William découvre en même temps que les pompiers que son père était doté d’une poitrine rebondie, qu’il avait toujours contenue sous un bandage serré. « J’étais émerveillé. Je ne pensais à rien – j’ai juste regardé le ciel, et je me suis dit que je faisais une hallucination sous l’effet des drogues. Si mon père avait vécu en tant que femme, [il] aurait eu de gros seins », a-t-il expliqué à la biographe Diane Wood Middlebrook, autrice de Suits Me: The Double Life of Billy Tipton.

Une enfance un peu wild

Billy Tipton est né en 1914 dans la campagne du fin fond de l’Oklahoma et a grandi dans la petite ville de Joplin, dans le Missouri. Une ville de tornades, pour une tornade. Sa mère était une pianiste de ragtime dans les bals, et son père était un aviateur courageux. Quand Billy n’est âgé que de 16 mois, la voiture conduite par son père est percutée par un train. Sa grand-mère paternelle perd la vie, le torse de l’enfant est grièvement blessé.

C’est l’accident que Billy évoquera toute sa vie pour expliquer les bandes barrant son torse. Billy grandit dans l’ombre d’un père aventureux, pilote d’avion autoproclamé qui se plait à construire des engins et devient cascadeur aérien, marchant sur les ailes en plein vol… en amenant parfois l'enfant qui, âgé de six ans, n’a peur de rien. Petit tomboy, Billy se bat dans la cour d’école avec les garçons, protège son petit frère comme un diable et préfère les cheveux courts. Une extravagance à l'époque, pour un enfant assigné fille. Avec sa mère, il apprend très vite le piano et joue pour la compagnie.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous