Quand Drew Barrymore veut nous faire porter des Crocs

Publié le

Dans une pub loufoque et survitaminée, Drew Barrymore nous vante les célèbres Crocs. Prêt.e.s à franchir le pas ?

Drew Barrymore Crocs
Drew Barrymore pour Crocs

Alors, nous avons essayé de garder toute la subjectivité demandée pour rédiger ce type d’article, rejetant en bloc tous nos a priori sur les fameuses chaussures en plastique réservées, selon nos critères tout à fait personnels mais tout de même assez généralisés, aux personnes recherchant avant tout du confort plus que du style.

Mais contre toute attente, il semblerait que les Crocs soient à la pointe de la mode chez les fashionistas. Après les « Foam », présentées par Balenciaga à la dernière Fashion Week de Paris (de très jolis modèles de Crocs compensées de dix centimètres couleur rose guimauve vendues 680 euros), voilà que la comédienne Drew Barrymore incarne le nouveau visage de la marque.

Oui, oui, Drew Barrymore, la filleule de Steven Spielberg, l’éternelle bouille d’amour du film E.T. l’extraterrestre, l’une des Drôles de dames du bien-heureux Charlie, enfant star, ado terrible puis actrice-productrice à succès, icône pop s’il en est des années 80. Certes, on ne l’a pas vu sur grand écran depuis un petit bout de temps, mais elle rayonne dans depuis deux saisons dans Santa Clarita Diet, une série Netflix complètement déjantée – elle y joue une agent immobilière tout ce qu’il y a de plus normal jusqu’au jour où un virus lui donne une furieuse envie de chair fraîche et l’oblige à dégommer toute la ville. Bref, en apparence, en tout cas, tout va pour le mieux au pays de Drew.

Donc, soit, il lui reste un gros tiers à payer pour sa villa sur la côte est, soit elle a perdu un pari, soit… eh bien, soit elle est fan absolue des Crocs, ces drôles de chaussures en plastique dont elle nous vante encore et encore le comfort absolu. « Pour créer ma toute première collection de chaussures pour Crocs, je me suis inspirée de l’amour, de la positivité et de la touche d’excentricité (ou en ce qui me concerne, des multiples excentricités) qui nous rendent uniques ». Résultat, une étrange pub façon La La Land où la belle nous invite tous à « venir comme nous sommes ». En crocs, donc. Alors, on y va… ou pas ?