« Abomination » : l'association Mousse porte plainte contre l'Association Familiale Catholique de Clermont-Ferrand

Publié le

En reprenant les propos de Christine Boutin parlant d'« abomination » au sujet de l'homosexualité, l'AFC s'expose à une condamnation pour injure, explique l'association.

Palais de justice
Cour de justice française - Shutterstock

« Merci la @Courdecassation de défendre un peu la liberté d’expression et de nous autoriser à dire, comme la Bible, que « l’homosexualité est une abomination »  ». C’est sur ce tweet (supprimé depuis) que l’Association Familiale Catholique (AFC) de Clermont-Ferrand vient de se faire attaquer par l’association de défense des droits LGBT+ Mousse. Dans un communiqué, l’association explique avoir « porté plainte avec constitution de partie civile devant le Doyen des juges d’instruction du Tribunal de grande instance de Paris pour injure à raison de l’orientation sexuelle ».

L’affaire fait suite à l’annulation de la condamnation de Christine Boutin par le Tribunal correctionnel de Paris pour ses propos qualifiant l’homosexualité « d’abomination » durant les débats sur le mariage pour toutes et tous. La présidente d’honneur du Parti Chrétien Démocrate (PCD) avait finalement été relaxée par la Cour de cassation, début janvier. Celle-ci ne retenait à l’époque qu’une « injure caractérisée », alors que le parquet avait engagé des poursuites sur un fondement d’incitation à la haine.

Comme le remarque Mousse, qui se dit prête pour un « 2nd round » judiciaire, l’AFC se trompe quand elle pense pouvoir librement parler « d’abomination ». « Dire que l’homosexualité est une abomination est un délit pénal condamnable sur le fondement de l’injure  » explique Etienne Deshoulières, avocat de l’association Mousse dans un communiqué. Rendez-vous au tribunal donc.