Inde: le cri d’alarme du réalisateur gay Onir

Publié le

Reconnu comme le premier réalisateur gay de Bollywood, Onir lance un cri d'alarme face aux difficultés qu'il rencontre dans son pays, qu'il décrit comme de plus en plus intolérant vis-à-vis des personnes LGBT.

onir cinéaste gay censure film officier gay
Le réalisateur indien Onir en 2016 - DR
Article Prémium

Le 24 août 2016, le gouvernement indien a déposé un nouveau projet de loi. Cette nouvelle loi concerne les mères porteuses et interdit les personnes célibataires, en couple et les homosexuels de pouvoir bénéficier d’une mère porteuse. Le ministre des Affaires Étrangères s’est d’ailleurs exprimé à ce propos en disant « cela va à l’encontre de notre morale ». A partir du moment où j’ai assumé ma sexualité, j’ai réalisé que je devenais un criminel aux yeux de ma nation qui punit l’homosexualité depuis déjà 30 ans. En plus d’avoir une identité condamnée par la loi, je prends conscience que les histoires que je tiens à raconter dans mes films parlent aussi des vies de ces « criminels ». My Brother Nikhil (2005) est reconnu comme étant le premier film grand public Hindi produit en Inde dont le personnage principal est gay. Et malgré l’excellent accueil réservé au film par la communauté LGBT et les…

Pour continuer la lecture de cet article :

Vous avez déjà un accès ?

Identifiez-vous

Centre de préférences de confidentialité