« Tué parce que pédé » : reportage à Madrid dans les manifestations après le meurtre de Samuel Luiz

Publié le

À Madrid, Arthur Brault Moreau est allé pour Komitid dans les manifestations qui ont suivi la mort d'un jeune homme gay, Samuel Luiz, tué le 3 juillet dernier. Reportage.

« Samuel n'est pas décédé. Samuel a été tué » Manifestation à Madrid le 5 juillet 2021 - Arthur Brault Moreau pour Komitid
Article Prémium

Dans la nuit du 2 au 3 juillet, Samuel Luiz, un jeune de 24 ans, a été tué par un groupe de plusieurs personnes aux cris de « pédé de merde ». En réponse, des rassemblements se sont organisés dans plus d’une centaine de villes de l’Etat espagnol le lundi suivant. La mobilisation a vite débordé les prévisions, à Madrid le rassemblement s’est transformé en manifestation. L’appel à la rue s’est répété le week-end dernier.

« Si un jour c’est moi qui ne reviens pas, je veux que vous brûliez tout »

Lundi 5 juillet, la Puerta del Sol de Madrid est pleine et les manifestant.es débordent dans les rues attenantes. L’affluence est telle que certain.es parlent d’un 15M pédé (en référence au mouvement des indignés en 2011, dit “15M”).

Durant plus d’une demie heure, la foule enchaîne les slogans « Ils ont tué Samuel parce qu’il était pédé! », « Pédales violentes, cherchent vengeance! », « S’ils touchent à l’une d’entre nous, nous répondrons toutes ensemble! ».

Le Movimiento Marika de Madrid (Mouvement Pédé.e de Madrid, MMM), à l’origine de ce rassemblement, entame la lecture de son communiqué. L’immense place fait silence pour tenter d’entendre les quelques mégaphones du collectif. De nouveaux slogans clôturent le rassemblement mais les manifestant.es restent.

Un groupe propose de partir en cortège sauvage, non-déclarée. La foule se dirige alors vers le Ministère de la Justice. Une fois arrivée, elle ne désemplit pas, elle part à nouveau en manifestation. Un groupe prend de l’avance et sera pris à partie par les forces de l’ordre : coups de matraques et arrestations. La mobilisation est forte également dans d’autres villes du pays comme à Barcelone ou à Valence.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous