LGBTphobie : la Hongrie adopte une loi interdisant la « promotion » de l'homosexualité auprès des mineur·es

Publié le

Ce mardi, le parlement de Hongrie a adopté un texte interdisant la « promotion » de l'homosexualité auprès des mineur·es.

hongrie lgbt
Le drapeau de la Hongrie et le rainbow flag - esfera / Shutterstock

La Hongrie a adopté mardi 15 juin un texte interdisant la « promotion » de l’homosexualité auprès des mineur·es, suscitant l’inquiétude des défenseurs des droits, alors que le gouvernement souverainiste de Viktor Orban multiplie les restrictions visant les personnes LGBTI+.

L’amendement a été approuvé par 157 député·es, dont ceux du parti du pouvoir, le Fidesz, au cours d’une séance retransmise en direct à la télévision.

En décembre, la Hongrie avait déjà rendu l’adoption par les couples de même sexe impossible et interdit l’inscription du changement de sexe à l’état civil.

Lundi 14 juin, plus de 5 000 Hongrois·es ont manifesté à Budapest contre une loi qui devrait être approuvée par le Parlement mardi et qui interdira la « représentation » de l’homosexualité et de la transidentité dans l’espace public.

«  Demain, lorsque les députés voteront, ils devront se souvenir qu’ils jouent avec la vie des gens dans le cadre de leurs cruelles campagnes politiques », a déclaré Amnesty International, qui avait appelé à manifester, dans un communiqué.

En cas d’adoption, la liberté d’expression et les droits seront «  sévèrement limités », ont déclaré des ONG, accusant la Hongrie de copier des modèles dictatoriaux qui vont à l’encontre des valeurs européennes.

Une chaîne de télévision commerciale, RTL Klub Hungary, avait expliqué lundi que si la loi était adoptée, des films comme Bridget Jones, Harry Potter ou Billy Eliot, dans lesquels l’homosexualité est évoquée, devraient être interdits aux mineur·es.

Les programmes éducatifs ou les publicités, comme par exemple celle de Coca-Cola représentant un couple d’hommes qui avait suscité en 2019 des appels au boycott, ne seraient plus autorisés, d’après le document de 11 pages consulté par l’AFP. Il en sera de même pour des livres, tels que le recueil de contes et légendes dédramatisant l’homosexualité, qui s’était attiré les foudres du pouvoir nationaliste de Viktor Orban à l’automne 2020.

Amalgame

Les amendements en question s’inscrivent dans le cadre d’un arsenal de mesures de protection des mineurs et visant à lutter contre la pédophilie, un amalgame dénoncé par le site internet indépendant Telex. Parmi celles-ci figure la création d’une base de données des personnes condamnées accessible au public, ou encore leur bannissement de certaines professions.

« Il devient de plus en plus inconfortable de vivre ici, pas seulement pour les gays mais pour tout le monde en fait », a déclaré un manifestant, Attila Kelemen, 23 ans, qui travaille comme psychologue scolaire. « Ce type de propagande permanente fait que les gens sont perdus. Et mélanger l’homosexualité avec les crimes sexuels est dégoûtant », a-t-il déclaré à l’AFP.

La Hongrie est membre de l’Union européenne depuis 2004, dont la charte des droits fondamentaux interdit toute discrimination basée sur l’orientation sexuelle.

Avant le retour au pouvoir de Viktor Orban en 2010, la Hongrie était l’un des pays les plus progressistes de la région : l’homosexualité y avait été dépénalisée dès le début des années 1960 et l’union civile entre conjoints de même sexe reconnue dès 1996.

Avec l’AFP 

Centre de préférences de confidentialité