Des jumelles nées par GPA enfin autorisées à entrer en Namibie

Publié le

Le mois dernier, la justice namibienne avait dans un premier temps rejeté la demande d'un couple gay binational.

Vue aérienne de Windhoek, capitale de la Namibie - Nate Hovee / Shutterstock

Le gouvernement de Namibie a autorisé, à l’issue d’une bataille juridique, l’entrée dans le pays des deux jumelles âgées de deux mois d’un couple gay, nées en Afrique du Sud par GPA, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Le mois dernier, la justice namibienne avait rejeté la demande de ce couple.

Depuis la naissance de Maya et Paula, mi-mars à Durban (Est de l’Afrique du Sud), Phillip Lühl, Namibien de 38 ans, et son compagnon mexicain Guillermo Delgado, 36 ans, tous deux architectes installés dans la capitale namibienne Windhoek, ne pouvaient pas ramener les jumelles.

Le gouvernement avait demandé la preuve de la filiation biologique des petites filles avec le couple. Il a finalement accepté une nouvelle demande, déposée en urgence lundi par le couple pour obtenir des documents de voyage pour les jumelles, a précisé à l’AFP M. Lühl.

C’est « un pas très positif », a-t-il déclaré. « Nous sommes évidemment très satisfaits, mais aussi perplexes qu’autant de bagarre et de ressources, et une telle tension émotionnelle soient nécessaires pour une simple décision bureaucratique ».

Le couple aurait bénéficié d’un remaniement gouvernemental. Le nouveau ministre des Affaires intérieures, Albert Kawana, a étudié le dossier et a « autorisé la délivrance des documents de voyage en urgence », a affirmé son ministère dans un communiqué.

En Namibie, l’homosexualité est encore illégale, même si dans les faits, la loi sur la sodomie de 1927 est aujourd’hui rarement appliquée.

Les deux hommes se sont mariés en Afrique du Sud en décembre 2014, mais le ministère namibien de l’Intérieur ne reconnait pas leur union.

Sur les actes de naissance sud-africains des jumelles, le couple est inscrit comme parents.

L’Afrique du Sud est depuis 2006 le seul pays africain à autoriser le mariage des couples de même sexe.

Avec l’AFP

Centre de préférences de confidentialité