David Pablos, réalisateur du « Bal des 41 » : « Cette fête travestie a alimenté le rejet du féminin dans le masculin et a influencé la culture machiste au Mexique »

Publié le

Dans l'excellent film « Le Bal des 41 », disponible sur Netflix, le réalisateur David Pablos dépeint une société mexicaine du début du XXe siècle machiste, homophobe et patriarcale. Komitid l'a rencontré à Mexico.

Alfonso Herrera (dans la rôle d’Ignacio de la Torre) et Emiliano Zurita (Evaristo Rivas, son amant) dans « Le Bal des 41 » de David Pablos - Netflix
Article Prémium

Dans l'excellent film Le Bal des 41, disponible sur Netflix et saluée par la critique, le réalisateur David Pablos dépeint une société mexicaine du début du XXe siècle machiste, homophobe et patriarcale à travers l’histoire vraie d’un député secrètement gay qui se marie avec la fille du président Porfirio Diaz. Quand la police découvre l’existence d’une soirée travestie clandestine, le scandale explose dans la société mexicaine. L'homosexualité, un tabou encore tenace aujourd’hui dans ce pays si l'on en croit le réalisateur que Komitid a rencontré.

Komitid : L'affaire dite du « bal des 41 » avait été peu documentée en 1901. Comment avez-vous réussi à trouver les informations sur cette soirée gay 120 ans plus tard ?

David Pablos : Il y a très peu d'informations. Nous nous sommes appuyés sur des journaux, des chroniques de cette époque, mais tout est très voilé, cette soirée des 41 a toujours été un mystère. Nous avons fait des recherches sur le monde gay au XIXème siècle, en Europe, aux États-Unis et au Mexique. Tout a été documenté mais nous avons fictionné les choses, emprunté et réinterprété certains éléments de la culture mexicaine elle-même pour reproduire ces soirées gays clandestines.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous