Mauresmo, Thorpe, Navratilova, ces sportif·ves qui ont fait leur coming out

Publié le

Le patineur français Guillaume Cizeron, qui revient dans un livre sur son coming out, rejoint d'autres sportif·ves qui ont fait leur coming out au cours de leur carrière. Ceux et celles qui l'ont fait après, comme le nageur Ian Thorpe, sont plus nombreux·ses.

sport tennis lgbt coming out
De nombreuses sportif·ves ont fait leur coming out - Pixel-Shot / Shutterstock

Au tennis, la joueuse Amélie Mauresmo, a été l’une des rares à faire son coming out gay alors qu’elle était en activité, lors de l’Open d’Australie en 1999. À 19 ans, elle fait face à un torrent de réactions et pose en couverture de Paris Match avec sa compagne.

Près de 20 ans plus tôt, au début des années 1980, la championne américaine d’origine tchèque Martina Navratilova s’était fait elle outer par la presse, avant d’y revenir dans un livre. Chez les hommes, il n’y a pas d’exemple connus au tennis.

Symbole de ceux qui en parlent après leur carrière, le nageur australien Ian Thorpe, cinq titres de champion olympique et onze de champion du monde, fait son coming out en 2014, un an après s’être retiré des bassins. Cette superstar de la natation, « Thorpedo », avait démenti les rumeurs sur son homosexualité deux ans avant dans son autobiographie.

La star du plongeon Greg Louganis, médaillé aux Jeux olympiques de 1984 et 1988, a fait état, lui aussi, des années après de son homosexualité.

Dans le foot, l’ex-footballeur international allemand Thomas Hitzlsperger avait fait son coming out, « pour aider les jeunes footballeurs homosexuels », en 2014. En Grande-Bretagne, Justin Fashanu, premier joueur professionnel anglais à avoir revendiqué publiquement son homosexualité en 1990, s’est suicidé par pendaison huit ans plus tard.

En France, seul Olivier Rouyer, ancien joueur de Lyon et Strasbourg, a fait son coming out. Dans le foot, ils semblent plus fréquents pour les femmes ces dernières années.

Ainsi, la plus célèbre actuellement, l’attaquante de l’équipe féminine américaine de football, Megan Rapinoe, revendique son homosexualité après avoir fait son coming out en 2012. Lors de la Coupe du monde de foot en 2019, en plus de la sélectionneuse Jill Ellis, cinq Américaines championnes du monde sont lesbiennes, dont Ashlyn Harris et Ali Krieger.

En France, la gardienne des Bleues, Pauline Peyrand-Magnin, fin 2020, a posté des photos de sa copine. Avant cela, Marinette Pichon, ancienne internationale de football, avait aussi expliqué publiquement qu’elle aimait les femmes.

Dans le monde du ballon ovale, peu ont fait leur coming out, à l’exception de Gareth Thomas, l’ancien capitaine du Pays de Galles qui a évoqué son homosexualité alors qu’il était encore sous les couleurs de son équipe.

Dans le basket américain, le joueur de NBA Jason Collins, a été le premier joueur d’un sport collectif majeur aux États-Unis à avoir fait son coming out gay en 2013, annonce qui a eu un grand retentissement aux États-Unis.

Peu de temps après, Michael Sam, devient le premier joueur ouvertement gay à figurer en NFL, le championnat de football américain. En athlétisme, en octobre 2019, l’athlète américain Kerron Clement, champion olympique à Rio du 400 mètres haies, fait lui aussi son coming out.

Avec l’AFP 

Centre de préférences de confidentialité