Le photographe Olivier Ciappa annonce sa transition de genre

Publié le

Olivier Ciappa accorde une longue interview à Komitid après avoir rendu publique sa transition de genre sur ses réseaux sociaux. Il décrit également son nouveau projet photographique centré sur la transidentité.

olivier ciappa
Le photographe Olivier Ciappa a rendu publique sa transition de genre - Olivier Ciappa
Article Prémium

Après lui avoir posé la question et selon son souhait, nous genrons Olivier Ciappa (qui conserve pour le moment son prénom de naissance) au masculin.

Le 9 avril 2021, le photographe Olivier Ciappa publie un post Facebook dans lequel il rend publique sa transition de genre. « Coming out ? Depuis des années je suis terrorisée à l’idée de devoir faire un coming out Trans Public. Quand Océan a fait son coming out avec une vidéo de [Komitid] en mode “ je vous demande de m’appeler Océan ” ça a inspiré tous mes potes trans. Moi, ça m’a donné des semaines d’angoisses et de cauchemars. Je voulais tout sauf vivre ça. Je voulais faire un non coming out, un non événement, juste transitionner sans avoir à justifier ni à faire ce que je ressentais comme un chantage à la tolérance », écrit-il.

Transition hormonale

Olivier Ciappa ajoute qu'il a débuté sa transition hormonale en 2020. « C’est difficile de créer un non événement avec quelque chose d’aussi peu banal, surtout quand on a un look de mec cisgenre assez viril et tout tatoué comme moi. Mais je crois que j’ai plus ou moins réussi mon challenge et ça me met en joie ».

Dans la foulée, le photographe a annoncé son nouveau projet artistique, un compte Instagram intitulé TransMission d'Amour, qui donne la parole à des parents ou à des jeunes qui témoignent de leur coming out trans. Olivier Ciappa a également lancé un appel sur sa page Facebook, puisqu'il souhaite transformer le compte Instagram en exposition photo.

Dans un live Instagram le 17 avril, Olivier Ciappa a apporté des précisions sur sa transition de genre. En répondant à un·e internaute lui demandant pourquoi avoir choisi une expression de genre aussi masculine, le photographe précise que « j’ai fait des sports d’homme, je me suis fait tatouer entièrement le corps et c’était entièrement pour être validée par mes parents, et indirectement par la société. Cette expression de genre masculine va partir petit à petit, mais c’est difficile ». Quant à sa barbe, « il faut un courage assez démentiel pour se la faire raser, c’est un courage que je n’ai pas encore aujourd'hui ». 

Nous avons contacté Olivier Ciappa, qui a longuement répondu à nos questions.

Komitid : Vous avez expliqué que la raison pour laquelle vous avez attendu pour faire votre transition est la relation conflictuelle que vous avez eue avec votre famille. Pourquoi avoir choisi 2020 pour débuter votre transition hormonale ?

Olivier Ciappa : Depuis que je suis petit, j’attendais que ma sœur et mes parents meurent pour pouvoir faire une transition et devenir une femme. J’ai grandi rejeté et renié par mes parents parce que j’étais très efféminé et dès trois quatre ans, je montrais une expression de genre complètement féminine. S’en est suivi des années de haine, d’humiliation, de torture mentale et physique quotidienne. Et pour essayer d’avoir leur approbation, leur validation et secrètement leur amour, j’ai fait l’opposé : je suis devenu viril, musclé, j’ai fait de la boxe, du ju jitsu, je me suis tatoué entièrement le corps... Bien sûr, ça n’a pas marché et ils ne m’ont jamais aimé. Je savais que si je faisais une transition de leur vivant, ils se jetteraient sur l’occasion pour me rabaisser, m’invalider et se moquer de moi non stop.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous