Turquie : Fabien Azoulay, un français victime de torture en prison pour détention de GBL

Publié le

Fabien Azoulay, un Français de 43 ans, est détenu en Turquie depuis 2017 pour avoir été en possession de GBL. Selon ses avocats, il serait victime de torture en prison. Ses proches demandent à Emmanuel Macron d’agir.

Couloir d'une prison aux États-Unis - Thomas Hawk / Flickr
Couloir d'une prison aux États-Unis - Thomas Hawk / Flickr

En 2017, un Français de 43 ans, Fabien Azoulay, a été condamné à seize ans et huit mois de prison en Turquie  pour avoir consommé du GBL, une drogue utilisée dans la communauté gay comme stimulant sexuel, mais interdit dans le pays. « Une audience expéditive et une condamnation anormalement lourde », expliquent ses avocats, dans un communiqué consulté par franceinfo. Ils interpellent Emmanuel Macron pour qu’il agisse en faveur du détenu.

Fabien Azoulay est maintenu en détention à Giresun, dans le nord-est de la Turquie. D’après franceinfo, il s’était initialement rendu à Istanbul pour se faire poser des implants capillaires. Dans sa chambre d’hôtel, l’homme commande avec sa carte bleue du GBL, une drogue populaire au sein de la communauté gay dans le cadre du chemsex. Cependant, la vente du GBL était alors illégale depuis neuf mois, ce que Fabien Azoulay affirme ignorer.

Le Français se fait arrêter par les forces de l’ordre turques lors de la livraison de la drogue et est condamné à une lourde peine de prison.

« Il est l’objet de vexations du fait de son orientation sexuelle »

Les avocats de Fabien Azoulay appellent le président de la République à agir pour leur client. Maître François Zimeray assure à franceinfo qu’il est « victime de nombreux sévices » en prison et qu’un « de ses codétenus a même été condamné pour torture à son égard ». « Il a été violé, battu, brûlé. Il est l’objet de vexations du fait de son orientation sexuelle, notamment de la part de détenus radicalisés. Il subit des scènes de conversion forcée à l’islam car il est de confession juive. Il en a perdu le sommeil », ajoute l’avocat.

L’Élysée n’a pas souhaité répondre au site d’informations. Néanmoins, le Quai d’Orsay lui explique être « pleinement mobilisé sur le sort de ce Français » et s’enquiert régulièrement « de sa situation et de sa demande de transfèrement ». Le ministère des Affaires étrangères assure également que Fabien Azoulay fait « l’objet de visites consulaires » en prison.

Une pétition a été lancée pour demander le transfert de Fabien Azoulay en France.

« Je sais combien les relations diplomatiques sont tendues entre Paris et Ankara mais nous connaissons aussi la volonté d’apaisement de part et d’autre. Le transfèrement en France de Fabien Azoulay serait un geste humanitaire qui participerait de cet apaisement. Il faut un geste humanitaire », plaide Me François Zimeray.

Centre de préférences de confidentialité