Maroc : nouveau report du procès d'un journaliste, appels à sa libération

Publié le

Le maintien en détention du journaliste « établit clairement la dimension politique de l'affaire », estime son comité de soutien dans un communiqué.

Le rainbow flag et le drapeau du Maroc - Yuriy Boyko / Shutterstock

Le procès du rédacteur en chef du quotidien indépendant marocain Akhbar al-Yaoum, poursuivi pour « agression sexuelle », a encore été renvoyé mardi 30 mars alors que ses avocats et soutiens réclament sa libération après dix mois de détention préventive.

Le procès devant la Cour d’appel de Casablanca a été renvoyé pour la troisième fois, a indiqué à l’AFP Me Mohamed Sadqo, précisant que la prochaine audience est prévue le 15 avril.

Soulaimane Raissouni, 48 ans, est jugé pour « attentat à la pudeur avec violence » et « séquestration », après une plainte déposée par un militant pour les droits des personnes LGBTI+.

« Procès politique »

Le journaliste a toujours nié les faits reprochés, ses soutiens affirment qu’il s’agit d’un « procès politique ».

Pendant l’audience de ce mardi, la défense a de nouveau demandé que le prévenu « soit libéré, car il n’a pas été arrêté en flagrant délit et dispose de toutes les garanties pour assister libre à son procès », a précisé Me Sadqo.

Jusqu’à présent, toutes les demandes de remise en liberté ont été rejetées.

L’avocat du plaignant, Me Omar Alouane, a fait savoir qu’il n’était pas opposé à cette remise en liberté et souhaitait un « procès équitable », son principal objectif étant de « prouver le préjudice de son client ».

Le maintien en détention du journaliste « établit clairement la dimension politique de l’affaire », estime son comité de soutien dans un communiqué.

En écho de plusieurs organisations de défense des droits humains, il s’inquiète de « l’instrumentalisation de la justice » contre « des voix critiques du pouvoir ».

Face aux critiques, les autorités insistent sur le respect des procédures judiciaires et sur l’indépendance de la justice.

Fondé en 2009, le quotidien arabophone a cessé de paraitre mi-mars, sa direction évoquant un « calvaire financier », un « harcèlement continu à travers un boycott publicitaire » et le non accès aux aides à la presse débloquées par le gouvernement pendant la crise sanitaire.

La nièce de M. Raissouni, Hajar Raissouni, journaliste au même quotidien, a écopé en 2019 d’un an de prison pour « avortement illégal » et « relation sexuelle hors mariage », avant d’être graciée.

Le directeur de journal, Taoufiq Bouachrine, a été condamné à 12 ans de prison en 2018, une peine alourdie à 15 ans en appel, pour des « violences sexuelles » qu’il a toujours niées.

Avec l’AFP

Centre de préférences de confidentialité