La Malaisie critiquée pour vouloir renforcer ses lois LGBTphobes

Publié le

Des associations alertent le gouvernement de Malaisie pour renoncer à la proposition d'aggraver les sanctions pénales contre les personnes LGBT+.

malaisie lgbt manif
Manifestation à Kuala Lumpur le 22 mars 2019 - Izzuddin Abd Radzak / Shutterstock
Article Prémium

Le vice-ministre des affaires religieuses Ahmad Marzuk Shaary de la Malaisie a proposé des amendements à la Loi 355 relative aux tribunaux de la Syariah — le terme malais pour la charia. Ces modifications permettraient aux tribunaux des États de prononcer des peines plus sévères pour les personnes LGBT+.

La loi 355 limite pour l'instant les peines qui peuvent être prononcées par les tribunaux de la charia contre les personnes LGBT+. La peine actuelle en vertu de la loi fédérale comprend trois ans d'emprisonnement, une amende de 5 000 Ringgit malais (1 017 euros) et six coups de canne.

D’après Malay Mail, Ahmad Marzuk Shaary a déclaré que cette punition « n'avait pas beaucoup d'effet sur le groupe de personnes ». « Toutes les agences religieuses et les forces de l'ordre de l'État ont reçu pour instruction de prendre des mesures contre les [personnes LGBT+] qui ne se comportent pas en conséquence », affirme-t-il.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous