Quelle place sur la scène techno pour les personnes queer ? 

Publié le

Alors que de plus en plus de collectifs techno se revendiquent queer et que la scène devient de plus en plus mainstream, les personnes concernées s’identifient-elles aux valeurs défendues ? Témoignages.

Un DJ lors d'une soirée - Mr.vicpix / Shutterstock
Article Prémium

Les communautés en marges arrivent-elles à se retrouver ? Alors que de plus en plus de collectifs techno se revendiquent queer et que la scène devient de plus en plus mainstream, les personnes concernées s’identifient-elles aux valeurs défendues ? 

Vingt et une heure passées, Paris semble éteinte. Depuis la rentrée des alternances de période de couvre-feux et de confinement ont mis à l’arrêt un monde de la fête déjà fortement chamboulé par les précédentes mesures sanitaires du printemps 2020. Quelques festivités ont eu lieu cet été, mais c’était difficilement comparable avec l’offre qui précédait la pandémie.

Mais est-ce que cette offre était forcément inclusive ? Transterror est DJ résident À La Folie à Paris. Il estime que les personnes queer ne sont pas assez représentées dans les soirées techno « mais c’est parce que c’est la société qui est comme ça, les personnes cisgenres ont le pouvoir ».

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous