Le gouvernement britannique supprime le financement des projets contre les LGBTphobies à l'école

Publié le

Le gouvernement britannique a récemment supprimé le financement des projets d’éducation et de sensibilisation contre le harcèlement LGBT+ dans les écoles. Est-ce un retour en arrière pour la lutte LGBT+ britannique ?

École LGBT+/Shutterstock

C’est un gros coup de massue pour les problématiques et l’inclusion LGBT+ dans l’enseignement britannique. Le gouvernement supprime le financement des projets d’éducation et de sensibilisation contre le harcèlement LGBTphobe dans les écoles.

D’après la BBC, cette décision affecte toutes les écoles d’Angleterre, où quatre millions de livres sterling (environ 4,5 millions d’euros) avaient déjà été dépensés depuis 2014 pour lutter contre le harcèlement. Ce financement a été annoncé pour la première fois en octobre 2014 par l’ancienne ministre des Femmes et de l’Égalité, Nicky Morgan. Depuis mars dernier, tous les financements des projets ont pris fin et cela apparaît pour beaucoup vraiment regrettable pour l’avenir prochain des jeunes LGBT+.

« L’éducation inclusive LGBT+ adaptée à l’âge ne peut pas continuer à être facultative, la sécurité des élèves est en jeu. »

Les fonds du Bureau Gouvernemental pour l’Égalité (The Homophobic, Biphobic and Transphobic Challenge Fund), a offert jusqu’alors aux enseignant.e.s, aux personnels d’établissement scolaire ainsi qu’aux étudiant.e.s une formation gratuite et des ateliers sur la façon et les moyens de lutter contre l’intimidation LGBT+. Cela représente près de 2250 écoles à travers le pays.

Afin de pallier le manque financier, un porte-parole du Bureau Gouvernemental pour l’Égalité a déclaré :

« Le ministère de l’Éducation fera progresser tous les travaux de lutte contre l’intimidation, parallèlement à la mise en place d’une éducation sur les relations statutaires dans toutes les écoles primaires et sur les relations et l’éducation sexuelle dans toutes les écoles secondaires. »

Dans le média LGBT+ Attitude, Adam McCann, PDG de l’organisation Diversity Role Models, a déclaré pour répondre aux nouvelles mesures restrictives :

« Nous recommandons au ministère de l’Éducation et au Bureau Gouvernemental pour l’Égalité de financer des programmes d’éducation à l’inclusion LGBT +, y compris la formation du personnel, et de financer des recherches pour mieux comprendre les moteurs du harcèlement homophobe, biphobe et transphobe dans les écoles. […]  Le financement des programmes de lutte contre le harcèlement LGBT+ améliorera la vie des jeunes étudiants LGBT+ et des autres, il finance une Grande-Bretagne meilleure et plus inclusive. En plus du financement, il existe un besoin urgent de directives et de politiques claires et inclusives pour les personnes LGBT+ pour les écoles de la part du gouvernement. L’éducation inclusive LGBT+ adaptée à l’âge ne peut pas continuer à être facultative, la sécurité des élèves est en jeu. »

  • yaelle

    J’avoue que la formulation peu claire m’a fait assez peur :

    A « a offert jusqu’alors aux enseignant.e.s, aux personnels d’établissement scolaire ainsi qu’aux étudiant.e.s une formation gratuite et des ateliers sur la façon et les moyens de lutter contre l’intimidation LGBT+. »

    j’aurais préféré « a offert jusqu’alors aux enseignant.e.s, aux personnels d’établissement scolaire ainsi qu’aux étudiant.e.s une formation gratuite et des ateliers sur la façon et les moyens de lutter contre l’intimidation VISANT LES LGBT+. »

    Parce que quand on parle de l’intimidation lesbienne, de l’intimidation gay, etc. ça laisse imaginer plutôt que l’on parle d’une intimidation faite par les lesbiennes, les gays, etc., ce qui serait une scandaleuse inversion des faits.

    Même chose pour

    « Le financement des programmes de lutte contre le harcèlement LGBT+ »

    J’aurais préféré la formule plus précise (même s’il faut ajouter un mot et que, je sais, c’est fatiguant 😄)

    « Le financement des programmes de lutte contre le harcèlement SUBI PAR LES LGBT+ »

    Le propos est tout de suite plus clair.

    On peut croire que je pinaille, mais rien n’est moins sûr à l’heure où les homophobes inversent les faits (la manif pour tous alors que son objectif était l’exclusion des homosexuels), où la Pologne parle d’ « idéologie LGBT », je pense qu’il est temps de commencer à mettre de l’ordre dans toute cette novlang et la seule façon de lutter contre le dévoiement des phénomènes sociaux qui fait de la victime le coupable, du harceleur le harcelé, du discriminant le discriminé, c’est d’adopté des mots précis, car les mots véhiculent des idées, et si les mots sont imprécis, les idées diffusées sont confuses, et donc détournables. Je crois qu’il faut se souvenir que des idées fortes et claires sont mieux servies par des propos clairs eux aussi.